chaise musiclaes

  • Acteurs : Isabelle Carré, Carmen Maura et Philippe Rebbot
  • Réalisatrice : Marie Belhomme
  • Format : Couleur, 1.85, 16/9 compatible 4/3.
  • Audio : Français (Dolby Digital 5.1)
  • Sous-titres : /
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : /
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : BAC Films Vidéo
  • Date de sortie du DVD : 8 décembre 2015
  • Durée : 1h22
  • Prix conseillé : 19.99€ – Amazon

Le Film : 2/5
L’image : 3.5/5

Le Son : 3.5/5
Les Bonus : 0/5

Synopsis :

Perrine est une musicienne presque professionnelle. Elle vit seule et anime des goûters d’anniversaires, ou les gâche, c’est selon. Par accident, elle fait tomber un homme dans la benne d’une déchèterie. L’inconnu est dans le coma, mais Perrine est prête à tout pour qu’il se réveille. Elle s’immisce dans sa vie pour le découvrir, mais profite aussi de l’occasion pour lui emprunter son boulot, son appartement, son chien… Mais surtout, elle tombe amoureuse…

Le film :

S’offrir Isabelle Carré pour un premier film est un sacré luxe : qui de mieux pour incarner un personnage légèrement frappé et maladroit ? Marie Belhomme l’a bien compris, et de toute manière, c’était pour elle une évidence. Le personnage de Perrine séduit, c’est une certitude : domptée par sa maladresse, sa vie est marquée par quelques petits incidents, malgré toute sa bonne volonté. Jusqu’au jour où tout dégringole lorsqu’elle fait tomber un homme dans une benne, déguisée en Dark Vador. Cet homme, c’est Fabrice (incarné par Philippe Rebbot), professeur de musique et de chant. La partie de chaises musicales peut vraiment commencer, lorsque Perrine tente de le « remplacer » où que ce soit.

Si le début du film s’attache à développer les travers de son personnage principal, il présente également les personnages secondaires qui accompagneront Perrine tout au long de l’intrigue : Lucie (Carmen Maura), son employeuse d’un jour, et Solène (Nina Meurisse), venue en campagne préparer sa soutenance de thèse. Le problème, c’est que leur présence est plus anecdotique qu’autre chose : on comprend bien que Perrine soit peut-être seule dans sa vie, mais l’on ne s’attache pas du tout à ces personnages dont on devinera aisément les desseins. Même les personnages qui gravitent autour de Fabrice sont bâclés : ses élèves que l’on ne voit qu’une fois, son entourage proche… tous sauf son fils détiennent le traitement qu’ils méritent véritablement. C’est bien tout le problème des Chaises musicales : avec même pas une heure et vingt minutes, le film de Marie Belhomme manque cruellement de matière pour que le film gagne notre intérêt.

Ce n’est pas faute non plus d’avoir essayé : quelques situations loufoques sont plutôt bien trouvées, comme la quête du banjo sur Ebay, différentes scènes à l’hôpital, ou les divers déguisements que Perrine sera contrainte de porter à de multiples reprises, mais Les chaises musicales ne vous fera pas tant rire que cela. Tout comme le dénouement est irrémédiablement attendu… ! Reste la prestation d’Isabelle Carré, qui fait tout ce qu’elle peut pour sauver le film, ce qui le rend tout de même agréable à regarder.

Si vous devez vraiment regarder Les Chaises musicales, faites-le uniquement pour Isabelle Carré !

Le DVD :

Malgré l’absence de bonus (si ce ne sont quelques bandes-annonces pour d’autres films distribués par Bac Films), l’édition DVD des Chaises musicales demeure appréciable pour sa qualité d’image et de son (en Dolby Digital 5.1). Mais l’on accordera un gros bémol à l’absence de sous-titres pour les personnes malentendantes ; ce type d’oubli n’est pas tolérable concernant la sortie vidéo d’un film !

Image de prévisualisation YouTube

Related Article

  • Falsbourg

    Bizarre le nombre de gens qui s’en prennent à ce petit film. Tout n’est
    pas parfait, certes, et vous avez raison en ce qui concerne les
    personnages secondaires. Bien sûr qu’on devine la fin: c’est ce qu’on
    appelle une comédie romantique!
    Il y a une vraie touche, des
    trouvailles et beaucoup de finesse dans l’écriture et dans le jeu. Ce
    n’est ni un film estampillé auteur ni un produit formaté. Pas mal du
    tout pour un premier film.