Réalisé par : Matt Ross

Avec : Viggo Mortensen, George Mackay

Sortie : 12 octobre 2016

Durée : 2h00min

Distributeur : Mars Films

3D: Oui – Non

 

Synopsis :

« Dans les forêts reculées du nord-ouest des Etats-unis, vivant isolé de la société, un père dévoué a consacré sa vie toute entière à faire de ses six jeunes enfants d’extraordinaires adultes. Mais quand le destin frappe sa famille, ils doivent abandonner ce paradis qu’il avait créé pour eux. La découverte du monde extérieur va l’obliger à questionner ses méthodes d’éducation et remettre en cause tout ce qu’il leur a appris. »

5/5

Voyez la note. Cinq sur cinq. Nous avons eu la chance de voir deux fois Captain Fantastic. Deux fois ce fut la même claque. A-t-on vraiment besoin de vous en dire plus, à part « Courrez-y ! » ? Allez, on se prête quand même au jeu.

Merci Matt Ross. Le réalisateur offre aux spectateurs deux heures de grand cinéma. Tout est dans Captain Fantastic. Il a la même énergie que le célébrissime Forrest Gump, même si dans cette nouvelle œuvre, le contexte et les événements historiques ne sont pas aussi clairement imposés. Bien que Matt Ross ait dit le contraire dans la conférence de presse de Deauville, son film contient un message politique. Mais cette réalisation véhicule aussi beaucoup d’amour et d’espoir. Le public est plongé au cœur d’une famille dont la façon de vivre diffère de tout ce qu’il est possible de voir en Amérique.

CAPTAIN FANTASTIC

UNE RÉFLEXION SUR LA SOCIÉTÉ

Les premières minutes sont extrêmement intrigantes sans être gênantes. Matt Ross réussit à susciter l’intérêt des spectateurs dès les premières secondes en projetant des images d’hommes et de femmes lambda, d’une famille qui plus est, dans des situations anormales. « Anormal » est bien le terme à employer puisqu’il s’agit de comparer la façon, pour un groupe, de vivre en autarcie, à la façon de vivre occidentale des sociétés capitalistes (ce sont dans ces pays que le film sera principalement projeté en salle !).

Rien qu’avec cela, le réalisateur pose plusieurs problématiques : quels choix de vie sont les meilleurs pour nos enfants ? Devient-on marginaux en s’éloignant du système financier actuel ? Le personnage interprété par Viggo Mortensen parle d’ailleurs de « société inculte et sur-médicalisée ». Se pose aussi une question écologique dans Captain Fantastic.

Cependant, à aucun moment le film dit ce qui est bien ou non. Il ne donne pas de position clairement définie. Tout l’intérêt de Captain Fantastic est d’ailleurs ici. Le débat reste toujours ouvert. Le spectateur est alors plongé, presque contraint, dans une réflexion sur ce qu’il convient de faire pour optimiser sa façon de vivre, le tout sans aller à l’encontre de la morale, sans s’isoler et devenir dingue. Est-il même possible de vivre sans système économique alors que l’éducation, même à la maison, passe par l’achat de livre ? Jusqu’où peut-on se débrouiller par soi-même ? Captain Fantastic pose la question de la liberté des individus face à n’importe quel système politique. Le film permet au public de donner les réponses qu’il veut aux différentes problématiques, tant que l’argumentation s’ancre dans le processus de réflexion. Il est alors très agréable de se laisser prendre au jeu, tout en assistant à des scènes dérangeantes mais qui soulèvent des interrogations. Captain Fantastic est finalement extrêmement ludique.

 

UN CONTE TOUCHANT

Malgré toutes ces problématiques, le film n’est donc absolument pas barbant. Tout est raconté simplement, comme une histoire du soir. « Il était une fois, une famille pas comme les autres… ». Toutefois, dans ce conte inspiré de la propre vie de Matt Ross, tout n’est pas rose. Cette famille, comme n’importe quelle autre, connait des hauts et des bas. Le spectateur vit des instants du quotidien avec chacun des membres. On rigole avec, on pleure avec. Mais parfois, le réalisateur place le public de façon à ce qu’il soit témoin et non acteur de certaines scènes. C’est notamment le cas pour les scènes d’apprentissage, de réflexion, « d’école » des enfants. Puisqu’un enfant doit être scolarisé selon la loi, comment ceux-là arrivent-ils à s’instruire comme les autres ? Dans ces moments, le spectateur est comme au théâtre et Matt Ross prend le temps de donner une réponse complète, via ses personnages et une mise en scène absolument fabuleuse.

En plus de cela, le film est drôle. Parfois il fait pleurer. Vous pourrez également avoir peur, être tendu, être anxieux, être heureux. Toujours pas convaincu ? Captain Fantastic offre un casting absolument parfait. Pas un acteur n’est moins bon qu’un autre. La mise en scène est à la hauteur des acteurs. La photographie est magnifique. A bord d’un bus, on traverse plusieurs routes des Etats-Unis en compagnie de Viggo Mortensen, George MacKay ou encore Annalise Basso. Les paysages sont sublimes, les musiques nous emportent…

Captain Fantastic est la pépite à ne pas louper. Touchant, réfléchi, intelligent, le film est une véritable bouffée d’air frais.

Image de prévisualisation YouTube

Related Article