Après avoir accueilli 5 premières mondiales, 2 premières internationales, 6 premières européennes et 26 premières françaises, deux cartes blanches à Jaz Coleman et à Stéphane Blanquet ainsi qu’un focus à Frank Henenlotter (en leur présence), cette 22e édition de l’Étrange Festival a révélé son palmarès ce dimanche 18 septembre.

Sans grande surprise, Jeeg Robot de Gabriele Mainetti remporte le Grand Prix Nouveau genre ex-aequo avec Headshot de Kimo Stamboel et Timo Tjahjanto.

Après Buried en 2010, Bullhead en 2011, Headhunters en 2012, The Major en 2013, The Voices en 2014, et La Peau de Bax en 2015, Headshot et Jeeg Robot seront achetés par Canal+Cinéma pour une future diffusion à l’antenne.

En plus de Jeeg Robot, nous avions eu un bon coup de cœur pour Sam Was Here, le film d’horreur franco-américain qui aurait mérité un prix, mais aussi pour le nouveau film d’Alejandro Jodorowsky, Poésie Sans Fin. Après Moonwalkers en 2015, c’est d’ailleurs Poésie Sans Fin qui se verra offrir une campagne publicitaire sur Ciné+ en remportant le prix du public, une vraie claque !

omg

Côté hors compétition, nous avons aussi été servis avec l’excellent Detour du réalisateur Sam Smith en avant-première française. Un film qui ne manque pas d’ambition et qui s’insère parfaitement dans la programmation du festival, on aurait bien voulu l’avoir en compétition. Mais Blair Witch a aussi frappé cette nouvelle édition de l’Étrange Festival avec l’avant-première du tant attendu film d’Adam Wingard. Si le film était plutôt bon, il s’est largement fait dépassé cette année par Grave, film ayant fait parler de lui au festival Internation de Toronto. Film d’horreur franco-belge et premier film de la réalisatrice Julia Ducournau, il aurait provoqué quelques malaises dans la salle lors de sa diffusion. Grave était en avant-première à l’Étrange Festival et reste un des temps forts de cette édition 2016 !

Mais l’Étrange Festival, c’est aussi du moins bon avec quelques perles de nullité absolue. La palme est ainsi décernée à Dark Circus : cinéma expérimental, caméra au point, délires fantasmagoriques, sadomasochistes sans parler des femmes à tête de cheval… un grand délire qui n’a malheureusement pas du tout retenu notre attention, c’est même l’inverse. Il est suivi de près cette année par PET et The Bodyguard en compétition.

Le programme étant très fourni cette année, nous n’avons pas pu découvrir tous les films présentés. Nous nous sommes concentrés sur les films et non les courts métrages, mais voici notre avis sur les films découverts par notre équipe lors de cette 22e édition. Pour la plupart, une diffusion cinéma/DTV sera proposée – nous vous tiendrons bien évidemment au courant. Les meilleurs seront également disponibles sur la plateforme VODD, dont nous vous parlerons très prochainement.

Poésie Sans fin (Poesía Sin Fin)

Alejandro Jodorowsky retranscrit l’art sous toutes ses formes dans Poesía Sin Fin. Un chef d’oeuvre cinématographique. 

Pour lire la suite cliquez ici.


Blair Witch

Efficace, Blair Witch d’Adam Wingard est oppressant malgré un scénario peu développé et des personnages peu fondamentaux.

Pour lire la suite cliquez ici.


The Bodyguard

Désastreux, The Bodyguard est un vulgaire film d’action dont on se passerait bien.

Pour lire la suite cliquez ici.


Sam Was Here

Nerveux, angoissant et diablement ingénieux, Sam Was Here est un premier long métrage superbe. Christophe Deroo épate et rend honneur au cinéma de genre français.

Pour lire la suite cliquez ici.


Attack of the Lederhosen Zombies

Lorgnant avec le nanar de manière complètement assumée, Attack of the Lederhosen Zombies est un film de zombies délirant et rythmé !

Pour lire la suite cliquez ici.


PET

Carles Torrens s’enraille dans un film au scénario minime. Avec PET, il dévoile un demi huis clos aux bonnes idées mal exploitées. 

Pour lire la suite cliquez ici.


Terra Formars

Adaptation réussie mais qui se perd en chemin, Terra Formars fait le travail remarquable de placer les cafards au rang d’acteurs.

Pour lire la suite cliquez ici.


Girl Asleep

Excellent film sur le passage à l’âge adulte auquel s’ajoute une touche de conte et de théâtre, Girl Asleep éblouit par sa fraîcheur et sa liberté.

Pour lire la suite cliquez ici.


Detour

Divertissement indépendant, Detour est l’exemple d’une certaine maîtrise narrative. 

Pour lire la suite cliquez ici


 

… To be continued

 

Related Article