[AVIS] Fahrenheit 451, le téléfilm sans étincelles !

0

Synopsis:
Dans un monde dystopique, la lecture est prohibée et les livres brûlés par les pompiers. Guy
Montag est justement de ceux-là, et exécute ses missions sans aucun état d’âme. Mais un jour, il tombe
sur un ouvrage, et décide inexplicablement de le garder et le cacher. Guy devient alors un hors la loi.

Pendant que Netflix et le Festival de Cannes n’arrivent pas à trouver un terrain d’entente,  HBO Films offre son téléfilm Fahrenheit 451 en hors compétition, seconde adaptation du roman de science-fiction dystopique de Ray Bradbury publié en 1953. Après le film de Truffaut en 1966, c’est au tour de Ramin Bahrani (99 Holmes, At any Price…) d’adapter cette célèbre oeuvre dystopique.

Pour cette première grosse production Ramin Bahrani retrouve Michael Shannon qu’il avait déjà dirigé dans son dernier film 99 Holmes grand prix du festival de Deauville et qui avait valu à l’acteur une nomination aux Golden Globes. On retrouve également au casting le déjà grand Michael B. Jordan (Creed, Black Panther…) aussi producteur du film, ainsi que Sofia Boutella (La Momie, Atomic Blonde…), Martin Donovan (Malcolm X, Insomnia…) et Laura Harrier (BlacKkklansman, Spider-man Homecoming…) pour ne citer qu’eux. Un casting intéressant donc, pour un film qui l’est beaucoup moins.

Si la photographie du film nous captive, son histoire et sa libre adaptation du roman n’aident pas à nous retenir dans cet univers prometteur. Celui qui a son nom sur l’image de quelques épisodes de Game of Thrones, de Thor: Le Monde des Ténèbres ou encore du prochain Creed 2, le directeur de la photographie Kramer Morgenthau fait un sans faute !

Si on pouvait en dire autant des personnages et de l’histoire elle même… C’est sans doute le grand souci du film, si les acteurs ont déjà pu montrer de nombreuses fois leur talent, leurs personnages sont fades et sans grandes profondeur. Ça manque de subtilité et ça se ressent aussi dans la mise en scène et dans l’ennui du spectateur. Puisque oui le film devient ennuyeux dès les dix premières minutes passées, pourtant l’univers est interessant et l’esthétique très marquée.

A l’heure où les budgets des programmes télé peuvent dépasser ceux des films, Fahrenheit 451 nous rappel le sens du mot téléfilm. Fahrenheit 451 n’est pas mauvais, ni bon, il est juste inintéressant et un grand gâchis de talents entre Ramin Bahrani et ses acteurs. On aurait aimé voir le résultat réussi avec plus de budget, plus de temps à l’écran dans un format plus cinéma mais le problème vient aussi de l’adaptation elle même qui n’a pas forcément pris les bonnes décisions. Même si la modernisation du récit est intéressante, certains partis pri le sont moins.

Fahrenheit 451 est loin d’être une grande réussite mais pour un film du Samedi soir sur OCS il s’en sort bien !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.