[AVIS] Invasion, film d’aliens perturbant et très simpliste !

0

Synopsis:
Autour d’elle, Etsuko ressent que les personnes n’ont pas un comportement normal. Quand elle accompagne son amie Miyuki à l’hôpital psychiatrique, elle réalise que cette dernière a perdu la conception de la « famille ». Elle comprend alors que des forces mystérieuses sont en train de prendre possession des êtres humains, de leurs corps mais aussi de leurs âmes. Bientôt ces forces s’empareront complètement de la société. Seule la lucidité de Etsuko pourrait sauver l’avenir de l’humanité.

Après avoir adapté une première fois la pièce de Tomohiro Maekawa avec le film Avant que nous disparaissions (Before we vanish)Kiyoshi Kurosawa revient pour une deuxième adaptation de l’oeuvre pour Wowow la chaîne Japonaise. Initialement prévue comme série et découpée en 5 épisodes de 30min, Invasion a été remontée pour être distribuée en un film de 140 minutes. Nous avons donc eu la chance de voir cette oeuvre dans son intégralité dans le cadre du Festival Séries Mania; la série formant une sorte de Director’s Cut du film.

Pour cette deuxième adaptation, Kiyoshi Kurosawa a fait appel au scénariste Hiroshi Takahashi (The Ring) avec qui il a déjà collaboré il y a 19ans pour le film Serpent’s path. Kurosawa a aussi gardé quelques acteurs de sa première adaptation mais cette fois ci dans des rôles totalement différents. Ainsi on trouve cette fois ci au casting la talentueuse actrice Kaho (Notre Petite sœur de Kore-Eda) et la star montante Masahiro Higashide, en compétition au Festival de Cannes 2018 avec Asakode Ryusuke Hamaguchi.

Invasion est à mi-chemin entre le drame, le film de science fiction et le film d’horreur. Kiyoshi Kurosawa privilégie le réalisme des réactions tandis qu’Hiroshi Takahashi privilégie l’idée d’un film d’horreur. Tout cela sur fond d’invasion alien. Autant vous dire que le mélange est pour le moins perturbant et surprenant. Fin du monde sans effets spéciaux, Kurosawa mise tout sur sa mise en scène et son concept d’imposture. C’est le côté adaptation théâtrale qui prend le dessus et c’est aussi un des plus gros défaut du film. Même si la tension est bien présente et crescendo comme prévu, l’ambiance apocalyptique est loin d’être présente.

Kurosawa nous captive par sa mise en scène mais peine à rendre tout ça crédible. Si la photos reste assez simple, on a droit parfois à un style Minority Report ou la surexposition déborde sur les personnages. Un style parfois mystérieux qui laisse entrevoir des lumières fortes dont on ne connait pas la source, des points lumineux fort derrières les fenêtres. On aura pu croire à des actions extra-terrestres ou à un dérèglement du soleil mais rien ne laisse penser que c’est la fin du monde. Et ce n’est pas la faute des acteurs qui réussissent à nous garder dans cette tension palpable. Mais bel et bien l’ambiance, et le final très intimiste et simpliste. On nous vend un monde qui se déchaîne mais il n’en est rien, il faut attendre la fin pour voir les premiers cris de panique dans la ville. De même que personne enquête sur les disparitions et meurtres commis par les Aliens. Même si on se concentre essentiellement sur l’histoire de Matsuka et Etsuko le reste ne devrait pas être négligé. En plus de ça l’histoire se concentre sur l’avant invasion et comment réagissent les protagonistes face à ces extra-terrestre mais tout cela reste un peu long et parfois inefficace, rythme qui sera meilleur espérons dans la version ciné (on parle ici de la version 2h30).

Si la tension est bien présente, on regrette l’atmosphère apocalyptique inefficace. Mis en scène cependant réussie et ingénieuse on aurait préféré un film encore plus intimiste pour garder une part de mystère encore plus importante.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here