[AVIS] Le Grand Bain, la très belle comédie française !

0

Synopsis:
C’est dans les couloirs de leur piscine municipale que Bertrand, Marcus, Simon, Laurent, Thierry et les autres s’entraînent sous l’autorité toute relative de Delphine, ancienne gloire des bassins. Ensemble, ils se sentent libres et utiles. Ils vont mettre toute leur énergie dans une discipline jusque-là propriété de la gent féminine : la natation synchronisée. Alors, oui c’est une idée plutôt bizarre, mais ce défi leur permettra de trouver un sens à leur vie…

4

Le Grand Bain est le troisième film de Gilles Lellouche, le premier qu’il réalise seul. Pour cette première, l’acteur et réalisateur français s’offre une distribution française de grande envergure ainsi qu’une avant première au festival de Cannes 2018 en hors compétition. Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde, Virginie Efira, Mathieu Amalric, Jean-Hugues Anglade, Philippe Katerine, Félix Moati, Mélanie Doutey, Leïla Bekhti, Marina Foïs, Alban Ivanov ont ainsi brillé sur les marches mais aussi à l’écran, ovationnés dans le grand théâtre lumière lors de la grande projection.

Et le moins qu’on puisse dire c’est que tout est mérité ! A l’approche assez simpliste, on avait peur de voir ici une énième comédie française mais le film de Gilles Lellouche va plus loin que ça. En plus d’être hilarant par moment, Le Grand Bain est tout aussi émouvant. A commencer par les acteurs, tous touchants comme il faut apportant chacun leur pierre à l’édifice, former une équipe de natation synchronisée masculine. Le pitch annonce déjà la couleur et en plus d’être une très bonne comédie, Le Grand Bain est aussi une leçon de vie, il faut croire en ses rêves et aller au bout de ce qu’on entreprend.

Mais ce qui plait vraiment dans Le Grand Bain c’est le plaisir que prend toute l’équipe à nous emmener dans cet univers drôle et sensible. On ressent une vraie passion, une vrai entente, on pourrait même parler ici d’un film de pote. Côté mise en scène on a quelques chose de frais, quelque chose d’assez dynamique, une grand réussite de Lellouche qui manque cependant de rythme et d’intensité.

Dans un esprit Rasta Rockett (1993) Gilles Lellouche nous emmène dans l’univers méconnu de la natation synchronisé, façade qui cache en réalité son vrai dialogue sur ses personnages clichés attendrissants et populaires. Aux dialogues bien écrits et aux gags réussis, Le Grand Bain marque une pause plein d’humour dans cette 71e édition du festival de Cannes ! Ce nouveau film de Lellouche ravira le grand public pour son smile constant et son optimisme toujours plaisant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.