130929

Réalisé par : Zack Snyder


Avec :
Ben Affleck, Henry Cavill, Gal Gadot …


Sortie :
 23 mars 2016


Durée:
2h31


Budget:
250 millions


Distributeur :
 Warner Bros


3D:
Oui – Non

 

Synopsis :

Craignant que Superman n’abuse de sa toute-puissance, le Chevalier noir décide de l’affronter : le monde a-t-il davantage besoin d’un super-héros aux pouvoirs sans limite ou d’un justicier à la force redoutable mais d’origine humaine ? Pendant ce temps-là, une terrible menace se profile à l’horizon…

4/5

Quand Man of Steel sortait en 2013, ses enjeux étaient grands. Remettre au goût du jour l’un des plus grands super-héros, Superman. Après l’échec Singer (ndlr : Superman Returns), le réalisateur de l’adaptation réussie de Watchmen, Zack Snyder, fut chargé du projet. Man of Steel divisa les spectateurs, en particulier pour une fin démesurée, où l’on voyait Superman détruire tout Métropolis. Batman v Superman se déroule 18mois après ces événements et possède, lui aussi, des enjeux très grands. Non seulement être dans la continuité de Man of Steel, mais aussi devoir initier la Ligue des Justiciers, et … présenter un nouveau Batman : Ben Affleck.
sam_r3_v11c6_151015_15mj_g_r709f.286218.tif

Cessons de tourner autour du pot, Batman v Superman est une réussite ! Le film s’ouvre par la destruction de Métropolis – opposant Superman à Zod – mais du point de vue de Bruce Wayne. C’est important, car à travers tout le film il ne sera que question de point de vue. Le film se permet donc une lecture (géo)politique, où le « pouvoir n’est jamais innocent » comme le rappelle Lex Luthor dans les trailers. L’ambiance est sombre, les enjeux graves, et l’histoire résonne en écho avec les événements actuels.

Cependant, Snyder se voit plus à filmer les intrigues politiques et humaines que des bastons. À vrai dire, la violence physique ne l’intéresse guère, et les scènes d’actions sont brutes et efficaces. Le cinéaste n’en perd pas sa patte esthétique pour autant, et soigne chacune de ses chorégraphies, mais très clairement les scènes d’actions ne sont pas ce qui le motive sur le projet.

sam_r4_v11c3_151002_17mj_g_r709f.362886.tif

L’un des autres enjeux du film était donc d’initier la Justice League. Bien avant ça, il faut présenter celui qui partage l’affiche : Batman. Le traitement du personnage est l’une des plus grosses réussites du film. Pas d’effusion ou perte de temps, Snyder mise sur notre connaissance du héros. Son histoire est présentée de manière astucieuse et efficace, et on se plairait à dire que Ben Affleck est l’un des meilleurs Batman. Globalement, le personnage est très fidèle aux comics de Frank Miller (comment ne pas penser à The Dark Knight Returns) que ce soit avec la Bat-mobile ou la Bat-Cave, et on découvre un Batman plus aigri, violent et sans pitié. Wonder Woman signe une apparition (trop?) rapide, mais permet de poser les bases et nous donne confiance pour le film solo centré sur le personnage. Enfin, Lex Luthor se veut à Superman ce que le Joker est à Batman, son Némésis. Mais si Jesse Eisenberg tente tant bien que mal de se glisser dans la peau de cet antagoniste, c’est la déception. Il sur joue et essaye (?) d’imiter un Heath Ledger fou et en puissance.

Enfin, comme évoqué plus haut, la mise en scène semble être une réussite. La « touche Snyder » (qui ne se limite pas à des ralentis, des flares et des zooms) se fait plus ressentir que sur Man of Steel. L’ancien publiciste signe chaque plan comme un tableau, mais c’est dans le montage que nos doutes se portent. Au vu du nombre incalculable de personnages et d’intrigues présents dans le film, le montage et le rythme s’en trouvent affectés. Rarement nous avions vu dans un blockbuster tant de cut, de fondu au noir. La créativité des transitions est débordée par toutes ces histoires et changements de personnages et lieux.

sam_r7_v6_1_150331_06rl_g_r709f.616311.tif

En conclusion, Batman v Superman : L’aube de la Justice est efficace. Il réussit à lier Man of Steel à la future saga DC/Warner qui nous attend. Malgré des défauts, causés par une volonté de trop en mettre, le film teste de nouvelles choses. Il en ressort un film plus politique, humain et dramatique. Les conséquences ne s’énumèrent pas en dégâts chiffrés mais humains et moraux. Si l’on regrettera ce titre (L’Aube de la Justice semble bien mieux approprié), Batman v Superman est un grand film qui a le courage d’essayer quelque chose de différent.

Batman v Superman : L’aube de la Justice expérimente un nouveau traitement super-héroïque, de nouveaux concepts, trébuche parfois mais se relève.

Image de prévisualisation YouTube

Related Article