Beasts of no NationRéalisé par : Cary Fukunaga

 

Avec : Idris Elba, Abraham Attah, Kurt Egyiawan et Jude Akuwudike


Sortie :
16 octobre 2015 ( 2h16min) sur Netflix


Budget: 
6.000.000 $


Distributeur :
Netflix

 

3D: Oui – non

 

Synopsis :

Quand la guerre civile déchire sa famille, un jeune Africain de l’Ouest est contraint d’intégrer un groupe de combattants mercenaires et devient alors un enfant soldat.

4/5

Quel grand coup de la part de Netflix avec ce premier long-métrage produit par le service de vidéos en ligne et distribué dans quelques salles (27 aux Etats-Unis) ! Réalisé par Cary Joji Fukunaga (virtuose de la réalisation avec True Detective), Beasts Of No Nation a été primé au Festival de Venise avec le Prix Marcello Mastroianni du meilleur jeune espoir pour l’acteur Abraham Attah. Le film a notamment reçu une valse d’éloges au festival du film canadien de Toronto.

Beasts of no Nation

La barre est placée très haute avec ce premier long métrage de la part du géant Netflix qui s’associe avec un réalisateur de taille et qui s’entoure d’un casting mêlant grands acteurs et petits nouveaux. On retrouve pour le rôle principal Abraham Attah, un jeune acteur qui débute sa carrière pour la première fois et qui est accompagné d’un des plus grands acteurs de sa génération, Idris Elba (Luther, Mandela : Un Long Chemin Vers La Liberté, Star Trek Beyond ou encore Thor). Réalisateur, Cary Fukunaga est également le directeur photographique, le producteur et le scénariste de ce film adapté de l’œuvre d’Uzodinma Iweala.

Beasts Of No Nation nous plonge dans l’horrifique guerre civile africaine, mettant en valeur ses différents enjeux politiques. Mis en scène avec intelligence, le film nous décrit avec une certaine lenteur et aisance l’enfance difficile d’Agu, qui a perdu sa famille durant la guerre civile et qui se retrouve contraint de rejoindre des mercenaires dont le commandant n’est autre qu’Idris Elba. Puissant et poignant, le film place en avant l’évolution de ce jeune enfant contraint de faire des choix tout aussi horribles les uns que les autres et qui se retrouve entouré d’hommes sans scrupules et même d’autres enfants enrôlés. L’impressionnant face à face entre Abraham et Idris Elba donne des frissons dans le dos. L’intrigue, rudement menée, est mise en scène avec brio avec une photographie impeccable, une bande originale sobre et entraînante ainsi que des scènes d’une rare intensité, avec des changements de ton, de couleurs et un plan séquence violent, d’une rare intensité.

On retrouve un Idris Elba leader et autoritaire, n’ayant peur de rien et qui provoque la peur chez les autres personnages. Son caractère est semblable à celui d’un tyran, voir même d’un certain esprit à celui d’un dictateur, forçant aux combats des enfants et aux viols des adultes. Abraham Attah est un enfant perdu et déboussolé qui est forcé à devenir un soldat. Son personnage, en constante évolution grandit à chaque minute du film en se confrontant à des choix que même des adultes n’oseraient faire. On retrouve la violence des guerres ainsi que tout le côté politique qu’elles emmènent à travers un film fort et des personnages qui évoluent d’un bout à l’autre de l’intrigue.

Fort, déboussolant et violent, Beasts Of No Nation est un premier coup de maître de la part de Netflix et Fukunaga.

Image de prévisualisation YouTube

Related Article