360766Réalisé par : Christian Ditter

Avec : Dakota Johnson, Rebel Wilson, Leslie Mann, Alison Brie

Sortie : 2 mars 2016

Durée : 1h50

Budget : /

Distributeur : Warner Bros. France

3D: Oui – Non

Synopsis : 

Il y a toutes sortes de manières de vivre en célibataire. Il y a ceux qui s’y prennent bien, ceux qui s’y prennent mal… Et puis, il y a Alice. Robin. Lucy. Meg. Tom. David… À New York, on ne compte plus les âmes en peine à la recherche du partenaire idéal, que ce soit pour une histoire d’amour, un plan drague… ou un mélange des deux ! Entre les flirts par SMS et les aventures d’une nuit, ces réfractaires au mariage ont tous un point commun : le besoin de redécouvrir le sens du mot célibataire dans un monde où l’amour est en constante mutation. Un vent de libertinage souffle de nouveau sur la ville qui ne dort jamais !

2/5

Dans la liste des films délicieusement renommés par leurs distributeurs français d’un titre-type déjà vu bien souvent (comment ça, vous n’avez pas remarqué la reproduction en série des films nommés « Very Bad Truc » ou « Machin mode d’emploi » ?), voici How To Be Single, réalisé par Christian Ditter. Après Love, Rosie, comédie romantique avec Lily Collins et Sam Claflin, sortie en Direct-to-DVD dans nos contrées, le cinéaste allemand s’attaque à l’adaptation d’un roman de Liz Tuccillo, restée à l’abandon dans les placards de Warner depuis 2008. Vu le résultat, il aurait peut-être été préférable que le script reste bien caché… Du coup, on a aussi décidé de faire notre mode d’emploi à destination de l’équipe : entre quelques conseils avisés, mais aussi quelques bons points (et oui !), on a de quoi dire. C’est parti pour le romcom mode d’emploi !

Règle n°1 : réaliser une énième comédie romantique à New York sans en être le guide touristique !

Et ça, Célibataire mode d’emploi l’a fait. ENFIN, une comédie romantique n’est plus un miroir de plus de tous les lieux mythiques de New York, que l’on aurait listés dans un cahier des charges à tenir pendant le tournage. Le film de Christian Ditter s’en tient à quelques lieux fermés : les appartements des filles, le cabinet d’avocats dans lequel travaillent Alice (Dakota Johnson) et Robin (Rebel Wilson), l’hôpital de Meg (Leslie Mann), la soeur d’Alice, et le bar de Tom (Anders Holm). Pas de Time Square ou de Central Park à gogo, ni de grands magasins à foison. Sont privilégiés les lieux de fêtes : les clubs, soirées sur des toits, etc ! Rien que pour ça, on a envie de dire merci.

Règle n°2 : ne pas tromper son spectateur…

Sur l’affiche, les quatre stars de Célibataire mode d’emploi (Dakota Johnson, Rebel Wilson, Leslie Mann et Alison Brie) posent ensemble, comme une belle bande de copines que l’on s’attend à voir se retrouver pendant tout le film. Si les personnages de Dakota Johnson et Leslie Mann sont soeurs, et que Rebel Wilson devient leur nouvelle meilleure amie, Alison Brie reste particulièrement en retrait et ne fait que croiser quelques fois les autres filles : dommage qu’elle n’intervienne qu’en toile de fond, malgré tout son talent comique (non, nous ne sommes toujours pas prêts à abandonner Community !). C’est bien là l’un des défauts de Célibataire mode d’emploi : à force de trop morceler le film, passant d’un point de vue à un autre (alors que Dakota Johnson est le personnage principal), on se perd un peu.

Règle n°3 : créer un duo accrocheur !

On peut dire que ça marche plutôt bien de ce côté-là. Mais c’est Rebel Wilson qui domine face à Dakota Johnson (désolé, on a toujours l’impression qu’elle a décidé de flinguer sa carrière depuis qu’elle a joué dans Cinquante nuances…). Rebel Wilson fait du Rebel Wilson. Si l’actrice séduit toujours en incarnant un personnage haut-en-couleurs, et irrésistible, il n’empêche que la voir s’enfermer dans ce genre de rôle, déjà vu dans Pitch Perfect et Mes meilleures amies, soit un peu lassant. À côté d’elle, Alice (Dakota) incarne premièrement ce stéréotype de l’être un peu fragile, insouciant, et toujours in love de son cher et tendre Josh (Nicolas Braun) dont elle s’est séparée. Mais promis, elle se libère un peu plus à l’avenir, et Dakota Johnson parvient donc à se rendre un peu plus sympathique.

Règle n°4 : éviter les scènes (trop) improbables

Par scène improbable, on parle surtout de la réaction de David (Damon Wayans Jr.) lors d’une scène particulière avec Alice (on n’a pas trop envie de vous spoiler) : le mec sait pertinemment qu’il n’est pas prêt à faire ce qu’il fait ; il le fait quand même et s’engueule avec Alice. On ne comprend pas trop la logique du truc, mais bon, ce n’est pas grave. Mais s’il y a une scène improbable que l’on adore ici, c’est celle où Alice se retrouve confrontée à ses différents love-interests… en même temps. En plan séquence (beaucoup de scènes dans le film le sont, d’ailleurs !), le jeu de cache-cache entre Alice et ses prétendants n’est que plus savoureux !

Règle n°5 : ne pas tourner en rond ni tomber à plat !

Célibataire, mode d’emploi dure 1h50. Autant vous dire que c’est beaucoup. Si les comédies de Paul Feig ou Judd Appatow parviennent à tenir leur public en haleine du début à la fin, on finit ici par s’ennuyer (un peu). La faute à cette narration morcelée, mais aussi à cause d’un humour qui tombe souvent à plat (et des thèmes bien trop souvent abordés), après avoir enchaîné trente-six vannes semblables. Spoiler alert : les meilleures vannes sont – encore – dans la bande-annonce, et bien souvent lâchées par Rebel Wilson. Celle qu’on apprécie pas mal non plus, c’est Leslie Mann, en phobique complète de l’amour, mais qui ne demanderait qu’à pouvoir devenir mère. Ses désirs se mêlent, mais pas comme elle l’aurait souhaité, et du coup, c’est un peu le bazar.

Malgré son casting très attachant, Célibataire mode d’emploi tombe dans le cliché et le déjà-vu : long, un peu lourd, mais passable. C’est toujours ça.

Image de prévisualisation YouTube

Related Article