affiche

Réalisé par : Gary Ross

Avec : Matthew McConaughey, Gugu Mbatha-Raw, Mahershala Ali, Keri Russell

Sortie : 14 septembre 2016

Durée : 2h19min

3D : Oui – Non

 

Synopsis :

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.

En pleine guerre de Sécession, Newton Knight, courageux fermier du Mississippi, prend la tête d’un groupe de modestes paysans blancs et d’esclaves en fuite pour se battre contre les États confédérés. Formant un régiment de rebelles indomptables, Knight et ses hommes ont l’avantage stratégique de connaître le terrain, même si leurs ennemis sont bien plus nombreux et beaucoup mieux armés… Résolument engagé contre l’injustice et l’exploitation humaine, l’intrépide fermier fonde le premier État d’hommes libres où Noirs et Blancs sont à égalité.

2/5

Gary Ross s’attaque à une nouvelle adaptation de faits réels. Après Pur Sang, la légende de Seabiscuit en 2003 qui racontait l’histoire du célèbre cheval américain de course de galop, le réalisateur du premier Hunger Games s’attaque à un sujet beaucoup plus tabou aux États Unis, l’esclavage. Pour ce faire, Gary Ross a troqué Tobey Maguire contre l’oscarisé Matthew McConaughey en tête d’affiche, pour un 12 Year a Slave qui ne lui arrive même pas à la cheville.

Nommé plusieurs fois aux Oscars, Gary Ross avait ici de quoi plaire. En pleine guerre de Sécession, Newton, interprété par Matthew McConaughey, va se lier avec une femme noire. Ensemble, ils nouent une relation inexplicable pour l’époque. Leur histoire est vraiment très belle. À aucun moment Free State of Jones ne plonge dans la niaiserie d’une idylle qui survit à tout au beau milieu d’une époque terrible; une erreur évitée qui n’empêche pas le film de tomber dans un ennui total, d’un classicisme des plus marqués.

Plat et hyper lent, Free State of Jones n’est pas une grande réussite pour Gary Ross, même Matthew McConaughey fraîchement oscarisé paraît presque faux. Il faut dire aussi que le Texan est seul à tenir le film et ça, Gary Ross l’a bien compris. Il joue d’ailleurs sur son grand atout, son acteur qu’il place au cœur de l’affiche mais aussi au cœur du film avec son accent une fois encore très marqué.

UNE HISTOIRE ET UN CASTING ATTRAYANTS

Mais la star américaine ne peut être mauvaise et à défaut de jouer excellemment bien, elle tient ses promesses sans vraiment être exceptionnelle. Matthew McConaughey est d’ailleurs suivi par un casting méconnu mais de qualité, Gugu Mbatha-Raw (Seul Contre tous), Mahershala Ali (Hunger Games), Keri Russell (La Planète des Singes, l’affrontement) et d’autres l’accompagnent dans un classicisme soporifique.

free-state-6

L’intérêt revient donc à l’histoire, à l’histoire méconnue de Newton Knight qui est ici parfaitement retranscrite. Un des points forts du film mettant de côté son rythme pour nous présenter l’Amérique d’Obama. Le film ne tombe jamais dans le pro-Afro-américain contrairement à bien d’autres mais n’est ici que pour dénoncer ces inégalités qui perdurent. Une fresque historique qui est avant tout destinée à relater les faits bien que parfois romancés. Il est vrai que certaines actions ont été créées de toute pièce mais l’essentiel y est !

LONGUEURS ET MALADRESSES

L’histoire est intéressante mais son adaptation sur grand écran l’est moins. Il est vrai que tout ce qu’a fait Newton Knight compte mais la manière d’aborder tous ces faits est maladroite. À vouloir tout mettre, on tombe rapidement dans un ennui où l’action met du temps à arriver, où l’histoire n’avance pas. Certaines scènes sont néanmoins très intéressantes, mais si attendre 30min avant d’être captivé le temps d’un instant ne vous intéresse pas, passez votre chemin.

Free State of Jones ne marquera pas l’année, ni la carrière de Matthew McConaughey mais il ne manquera pas de rappeler le talent incroyable de l’acteur une fois encore sur les routes de La Louisiane – True Detective. Gary Ross lui, s’emporte dans un sujet qui lui tenait à cœur. On ressent la volonté de relater les faits mais un tel film linéaire dans la mise en scène qui ne décolle malheureusement jamais paraît rapidement ennuyeux pour le spectateur.

Free State of Jones est un film hyper classique et tout aussi ennuyeux.

Image de prévisualisation YouTube

Related Article