Premier ContactRéalisé par : Denis Villeneuve

Avec : Amy Adams, Jeremy Renner, Forest Whitaker

Sortie : 7 Décembre 2016

Durée : 1h56min

Distributeur : Sony Pictures Releasing France

3D : Oui – Non

 

Synopsis :

Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions.
Face à l’énigme que constituent leur présence et leurs messages mystérieux, les réactions dans le monde sont extrêmes et l’humanité se retrouve bientôt au bord d’une guerre absolue. Louise Banks et son équipe n’ont que très peu de temps pour trouver des réponses. Pour les obtenir, la jeune femme va prendre un risque qui pourrait non seulement lui coûter la vie, mais détruire le genre humain…

4/5

Non ! Denis Villeneuve ne s’attaque pas au blockbuster ! Si le réalisateur canadien confirme sa polyvalence en ajoutant la science-fiction à sa filmographie, il reste cependant fidèle à lui-même et propose ici un film réfléchi et grandiose où le traitement et la profondeur de ses propos priment sur le divertissement. Premier Contact – au même titre qu’Interstellar de l’excellent Nolan – nous rappelle les fondamentaux de la science-fiction en ayant imaginé bien plus qu’une réaction armée face à une invasion d’aliens, avec des personnages bien plus profonds que des gros bras tatoués qui portent des gros fusils. Bien qu’Interstellar soit moins ambitieux que Premier Contact, il tient tout de même tête à cette énorme machine cinématographique. Ainsi, Villeneuve traite une multitude de sujets à travers son personnage féminin fort et torturé interprété par la ravissante Amy Adams qui est d’ailleurs incroyable dans son rôle (Fighter, American Bluff, Batman V Superman). Sans se perdre dans sa narration atypique, Villeneuve voit en Louise Banks (Amy Adams) un sujet plus important que l’attaque alienne elle-même. Il fait de cette linguiste le fil directeur du film qui emmène le spectateur dans une intimité dont lui seul a la clé.

L’invasion extra-terrestre comme tremplin

Si l’arrivée d’aliens sur Terre prend une grande importance dans Premier Contact, le véritable thème qu’il reste également à envisager n’est autre que la communication. Louise Banks (Amy Adams) représente la clé du langage face à  l’incompréhension internationale. Le langage est un outil essentiel à la communication ainsi qu’à une bonne cohabitation. Ici, Denis Villeneuve tente de nous inviter dans un monde utopique où une coalition internationale fonctionne presque parfaitement dans ce monde utopique qui est rapidement rattrapé par le réalisme de la science-fiction du réalisateur canadien. Mais la puissance du personnage de Louise Banks et de son collègue Ian Donnelly (Jeremy Renner) va mettre le langage au cœur d’une grande partie du film. Comment créer un premier contact avec ces êtres ? Que veulent-ils ? Comment comprendre ce qu’ils veulent ? Tant de questions que se posent ces deux linguistes et scientifiques. Denis Villeneuve y répond avec certes, une certaine lenteur mais surtout une certaine justesse.

Haletant 

La  première partie du film nous plonge dans le contexte et l’ambiance avec cette lenteur que peu ont appréciée. Mais la suite monte en tension et fait du film une puissante machine haletante. Comme à son habitude Villeneuve nous montre l’une de ses plus grandes forces : la capacité à nous immerger dans une tension qui à son apogée éclate, laissant le spectateur dans un cliffhanger parfois très énigmatique. L’une des tensions est basée sur l’incompréhension des aliens. Au même titre que le requin dans Les Dents de la mer, Villeneuve préfère garder un certain mystère sur ces êtres extra-terrestres nous prouvant l’importance de la communication mais aussi la peur de l’inconnu.

Misant beaucoup sur la performance d’Amy Adams et de Jeremy Renner ce mélodrame de science fiction assez intimiste adapté de la nouvelle de Ted ChiangL’Histoire de ta vie (Story of Your Life) illustre parfaitement la qualité de  Villeneuve en tant que metteur en scène. Le réalisateur Canadien se balade dans les genres cinématographiques comme une sorte de signature mais sa vraie signature réside dans les thèmes abordés parfois semblables dans des styles très différents. Premier Contact nous rassure quant à la suite de Blade Runner, un film de science-fiction réfléchi et ambitieux qui retombe dans une certaine touche « villeneuvienne ».

Après l’excellent Prisoners, l’énigmatique Enemy ou encore le fabuleux Sicario, Premier Contact se propose le modèle d’un cinéma haletant, métaphorique et grandiose d’un réalisateur qui n’a plus besoin de prouver son talent ni sa polyvalence.

Image de prévisualisation YouTube

Related Article