Home Critiques [CRITIQUE] – Stratton (2017)
[CRITIQUE] – Stratton (2017)
0

[CRITIQUE] – Stratton (2017)

0

Stratton Affiche
Réalisé par :
Simon West

Avec : Dominic Cooper, Tom Felton, Austin Stowell, Thomas Kretschmann…

Date de sortie : 3 mai 2017 en   DVD / Blu-ray

Durée : ?

Distributeur : Marco Polo Production

 

Synopsis :

Stratton, agent du MI6, s’infiltre avec son coéquipier Marty dans un laboratoire iranien pour intercepter le vol de molécules chimiques mortelles. Mais à leur arrivée, celles-ci ont déjà disparu et la mission tourne mal… De retour à Londres, Stratton et son équipe se lancent dans une course contre la montre pour stopper la cellule terroriste qui projette d’utiliser l’arme biochimique sur une capitale.

1.5/5

Stratton est un film adapté des romans de Duncan Falconer, un ancien membre des forces spéciales secrètes britanniques. Sur le papier Stratton tentait de se placer entre une approche réaliste du sujet et un divertissement à la James Bond. C’est une idée qui s’est maintenue avec l’arrivée de Simon West à la réalisation. Réalisateur d’Expendables II, de Lara Croft ou encore de Joker, Simon West s’y connaît en divertissement musclé mais cette fois-ci il ne s’offre qu’une sortie DTV (Direct To Video) en France. Manque de moyens ou simple erreur cinématographique, on se demande ce qui a bien pu pousser Stratton à éviter les salles.

La réponse est simple… Stratton a tout d’un mauvais film d’action.

Après Lara Croft, Exependables 2 ou encore Joker, Simon West est de retour avec un nouveau film d’action. Au casting on retrouve Dominic Cooper (Warcraft, Agent Carter, Preacher…) dans le rôle de l’agent Stratton, Tyler Hoechlin (Teen Wolf, Les Sentiers de la perdition…), Tom Felton (Harry Potter, Flash…), Thomas Kretschmann (Walkyrie, Avengers l’ère d’Ultron…) ou encore Connie Nielsen (Gladiator, Boss…). C’est un casting intéressant pour un film qui l’est beaucoup moins.

Stratton est bien là pour confirmer la règle et même si Simon West avait de quoi convaincre il ne réussit malheureusement pas à captiver le spectateur. C’était pourtant bien parti : il y a une scène d’ouverture captivante, l’histoire se met bien en place, le méchant a l’air bien réussi et le casting dirigé par l’excellent Dominic Cooper s’en sortait bien mais ce qui devait arriver… arriva. Alors que les dialogues commençaient à manquer d’intensité, le film commençait à s’offrir une chute libre vers la médiocrité. A partir de là, les longueurs prennent le dessus et les seules scènes d’action perdent leur intérêt. Même si la bande originale du film tente de nous remettre dedans, Simon West nous a perdus.

A commencer par Thomas Kretschmann (Grigory Barovsky) qui est l’homme le plus impitoyable. Il a quelques séquences bien « bad-guy » sur la première demie-heure mais ne devient qu’un lâche sur la deuxième. Ne parlons même pas de Tom Felton (Cummings) dont le personnage est totalement sous exploité, même si dans l’idée il avait pourtant droit à une belle place dans le film.

Sans le spectateur, Dominic Cooper ère dans des séquences qui s’enchaînent, des scènes d’action parfois cheap séparées par quelques longues séquences pour remettre un peu l’histoire en place. On est loin du Jason Statham qui casse la gueule avec classe aux méchants terroristes dans un rythme effréné. Dans Stratton, même la scène finale est plus cheap que l’introduction captivante que nous avons pu voir. On dirait presque que le budget était insuffisant quand on voit le ridicule de certaines actions. Et ce n’est pas la toute dernière séquence totalement clichée qui va nous faire changer d’avis.

Divertissant sur les 20 premières minutes, le reste n’est qu’un enchaînement de séquences qui tentent de garder une histoire crédible et assez intense pour nous captiver mais c’est loin d’être réussi. Stratton a même réussi à faire fuir quelques spectateurs pendant la projection.

On ne retiendra que quelques scènes d’action et un Dominic Cooper qui n’est pas à sa place.

Image de prévisualisation YouTube

Hugo Leclerc Fondateur du site, j'ère aussi bien dans les salles de cinéma que sur les plateaux.