Good Kill

Réalisé par : Andrew Niccol


Avec :
Ethan Hawke, Bruce Greenwood, Zoë Kravitz, January Jones et Jake Abel.

Sortie : 22 avril 2015

Durée: 1h35min


Budget: /


Distributeur :
La Belle Company

3D: Oui – non

 

 

 

Synopsis :

Le Commandant Tommy Egan, pilote de chasse reconverti en pilote de drone, combat douze heures par jour les Talibans derrière sa télécommande, depuis sa base, à Las Vegas. De retour chez lui, il passe l’autre moitié de la journée à se quereller avec sa femme, Molly et ses enfants. Tommy remet cependant sa mission en question. Ne serait-il pas en train de générer davantage de terroristes qu’il n’en extermine ? L’histoire d’un soldat, une épopée lourde de conséquences.

3.5/5

Andrew Niccol revient au cinéma pour son sixième film en tant que réalisateur. Après Time Out, il revient à l’écriture signant ici un scénario d’un sujet sensible parfaitement amené et maîtrisé. Le film s’inspire de faits réels mais préfère s’orienter sur un personnage de fiction, née dans l’imaginaire de notre cher Andrew, pour ne pas prendre parti d’une des causes.  Le film raconte l’histoire d’un pilote de l’air force devenu pilote de drone mais le film parle aussi et surtout de tout ce qui se cache derrière cette profession à la limite du raisonnable. Il ne fait pas l’apologie des drones américains ni de l’Amérique et de son armée contrairement au film American Sniper mais expose les faits et les conséquences sur son personnage principal.

Le film bien que pas assez rythmé présente une maîtrise du détail et de l’histoire. S’entourant d’une très bonne équipe technique,  Andrew Niccol nous présente un film artistiquement beau avec une sublime photographie signée Amir Mokri (Man of Steel, Lord of War…). De même, il recréé à la perfection les images des drones s’appuyant sur de vrais images ayant fuitées sur le vaste monde d’internet. Un soucis du détail bel et bien présent.

Good Kill

Côté acteurs, son personnage principal, Tom Egan incarné par le très bon Ethan Hawke, est affaibli moralement par tout ce que piloter un drone « tueur » entraîne. Il en devient presque fou, laissant parfois sa famille de côté. Andrew Niccol maîtrise d’ailleurs à merveille son personnage, laissant au spectateur le choix d’où se placer par rapport aux actions de celui-ci, notamment comme la fin, ouverte aux interprétations. A côté de lui, January Jones & Bruce Greenwood tous deux remarquables, ainsi que Zoë Kravitz a qui on porte enfin plus d’importance après ses multiples petits rôles. On retrouve aussi Jake Abel (Percy Jacksonmeilleur que d’habitude.

Good Kill reste une adaptation des faits et non un film engagé, court mais très lent. Moins un film sur la guerre que sur les Drones en particuliers, plus un film pour montrer leur existence et les possibles problèmes qu’ils peuvent engendrer. Andrew Niccol raconte ce qu’il se passe sans trop se mouiller, une qualité scénaristique nous permettant de mieux trouver notre bord. Tire gagnant pour Andrew Niccol !

Good Kill reste une adaptation des faits et non un film engagé, court et lent mais maîtrisé!

 Image de prévisualisation YouTube

Related Article