Invincible Réalisé par : Angelina Jolie Pitt


Avec :
Jack O’Connell, Domhnall Gleeson et Garrett Hedlund


Sortie :
7 janvier 2015

Durée: 2h17min


Budget:
65 000 000 $


Distributeur :
Universal Pictures International France

3D: Oui – non

 

 

Synopsis :

L’incroyable destin du coureur olympique et héros de la Seconde Guerre mondiale Louis « Louie » Zamperini dont l’avion s’est écrasé en mer en 1942, tuant huit membres de l’équipage et laissant les trois rescapés sur un canot de sauvetage où deux d’entre eux survécurent 47 jours durant, avant d’être capturés par la marine japonaise et envoyés dans un camp de prisonniers de guerre.

4.5/5

Après le semi-échec (tant public que critique) de Au pays du sang et du miel, Angelina Jolie, véritable proue d’Hollywood, réalise son deuxième film. Pour se faire, et éviter les erreurs de son premier long métrage, elle a su s’intéresser à l’incroyable histoire de Louie Zamperini.

Pour faire simple, le film est un biopic retraçant la seconde Guerre Mondiale à travers les yeux de Louie Zamperini ; Véritable héros d’après Guerre, celui qui a vécu un terrible calvaire était à la base un athlète olympique aux JO. Il assistera même aux derniers Jeux avant le conflit, en 1939 à Berlin ! Il se verra ensuite enrôlé dans la guerre et c’est ici que commence le film …

Dès l’introduction, le ton est donné ; le film nous assure un beau spectacle, tant visuel qu’émotionnel. Le métrage s’articule sur plusieurs grands actes, qui présentent chacun un aspect unique d’une guerre pourtant sur-représentée au cinéma. Effectivement, à aucun moment on ne retombe dans son simple descriptif, ni dans une quelconque propagande US. C’est en fait probablement du au fait qu’il s’agit d’une adaptation de l’auto-biographie de Zemp’. Ou bien aux qualités du film, tels que le jeu d’acteur, la musique ou la mise en scène…

Cette dernière est en effet très réussie et permet quelques scènes justes magistrales ! Dans l’ensemble, Angelina Jolie s’en sort bien, aidée par une photographie très soignée. Mais le film se présente cependant comme un film très (trop ?) académique de part sa réalisation ; rien qu’au détour d’une scène autour d’une piste, on tombe dans des travellings et des plans « académiques », c’est à dire vus et revus, soit plutôt classiques ! Mais le scénario, comme expliqué plus tôt, ainsi que le jeu d’acteur sauvent ces erreurs.

Invincible

Jack O’Connell, qu’on avait déjà fortement apprécié dans Skins, livre une performance au delà de nos attentes ! Son interprétation est sincère, et on sent une force dans le regard plutôt troublante ! Il EST Zamperini. Dans les scènes où son personnage est malmené, on a l’impression que lui même donne tout ce qu’il a ! Mais le reste du casting n’est pas en reste. Gleeson signe une belle interprétation, tandis que Miyavi (chanteur japonnais) est littéralement bluffant. Honnêtement, il s’agit de la révélation du film, tant son rôle d’ordure est réaliste et magiquement interprété. Enfin, la musique composée par notre national Alexandre Desplats soupoudre et accompagne tant les moments forts que les longs discours. La BO possède cette force qu’ont les musiques des grandes épopées filmiques !

Au final, Invincible est tout sauf une surprise ; on attendait un beau film, et on l’a eu ! Malgré une mise en scène légèrement trop académique (et vu le snob aux Oscars et Golden Globes, on se demande si c’était nécessaire), il brille par la force de son scénario. Angelina Jolie signe plus qu’une simple oeuvre émouvante, et on ne peut que sortir du film inspiré, attristé et rempli d’émotion à l’égard de Louie Zamperini (qui nous a quittés cet été 2014). Invincible est une ode à l’héroïsme, le vrai, et au courage !

Image de prévisualisation YouTube

Related Article