kung fu panda 3

 

Réalisé par : Jennifer Yuh Nelson, Alessandro Carloni


Avec les voix VF de :
Manu Payet, Pierre Arditi, Alison Wheeler


Sortie :
30 mars 2016


Durée:
1h35min


Budget: /


Distributeur :
Twentieth Century Fox France


3D:
Oui –
Non

 

Synopsis :

Po avait toujours cru son père panda disparu, mais le voilà qui réapparaît ! Enfin réunis, père et fils vont voyager jusqu’au village secret des pandas. Ils y feront la connaissance de certains de leurs semblables, tous plus déjantés les uns que les autres. Mais lorsque le maléfique Kaï décide de s’attaquer aux plus grands maîtres du kung-fu à travers toute la Chine, Po va devoir réussir l’impossible : transformer une horde de pandas maladroits et rigolards en experts des arts martiaux, les redoutables Kung Fu Pandas !

3/5

Licence phare de Dreamworks Animation, Kung Fu Panda s’offre un troisième opus. Après deux long métrages et trois courts métrages, Po auréolé de son statut de « Guerrier Dragon »  devra faire face à de nouvelles menaces et surtout à son passé, ses origines et… son père. Réalisé par Alessandro Carloni (Dragon, Les Croods, Kung Fu Panda) et Jennifer Yuh Nelson (Kung Fu Panda 2, Madagascar) le film marque le retour de Guillermo del Toro (Les Cinq Légendes, La Légende de Manoloà la production. Une équipe qui a déjà fait ses preuves mais qui devra réveiller le Panda géant, déjà en manque de souffle dans son dernier passage sur les écrans. 

Un retour sur grand écran encore plus coloré et artistique que d’habitude. Déjà évocateur de la mythologie chinoise dans ses précédents films, la licence se voit prendre un chemin beaucoup plus marqué vers l’apprentissage d’une nouvelle culture et d’un art, le kung fu. Si l’aspect mythologique est traité avec légèreté pour ne pas perdre le grand public, l’aspect visuel lui est totalement défini. Cette fois-ci le film a réellement pris une direction artistique laissant un peu de côté ses prédécesseurs. Loin d’avoir l’ambition et le budget d’un Pixar, le film arrive à se démarquer par son originalité, son animation et son montage. Dynamique et apparenté à un genre visuel très asiatique, Kung Fu Panda tend vers une saga aux multiples styles artistiques.

Multiples styles mais aussi multiples talents, puisqu’en plus d’une direction artistique plaisante, le film s’offre Bryan Cranston, J.K. Simmons et Kate Hudson. Une V.O. des plus attirantes avec Jack Black, Angelina Jolie, Dustin Hoffman, Jackie Chan, Seth Rogen, et bien d’autres se voit adaptée en français par Manu Payet, Pierre Arditi et d’autres, bien inférieur mais regardable.

Mais Kung Fu Panda c’est autre chose que de l’art et de la mythologie. Bien que ces deux ingrédients soient fortement présent dans la création de ces films, il y a une chose encore plus importante; l’humour. Habitué à ses running gags et son humour gentillet parfois crétin on a ici un film un peu plus sombre -un tout petit peu plus sombre- et un humour plus lourd et répétitif. Certains gags moins drôles que d’autres amènent de légères longueurs accentuées par le rythme inégal du film inégal. C’est là que l’Empereur Kai intervient. Le vilain le plus impitoyable de la licence – c’est Guillermo Del Toro qui le dit – devrait marquer l’histoire de Kung Fu Panda. Avec son air de méchant tout droit sorti de World of Wacraft (cf Illidan) il sème le chaos et oblige Po à riposter comme jamais.

Kung fu panda 3 - photo

Everybody Kung Fu Fighting

Po va donc former tous les panda à l’art du Kung Fu pour anéantir ce fléau. Les grands comme les petits tous ont leur fonction et s’identifient dans cette bagarre aux air de Jackie Chan movie. Le bien l’importe sur le mal, morale efficace mais basique à l’image du film. Concentré de couleurs et de mythologie chinoise, Kung Fu Panda 3 redonne un léger coup de pouce à la saga ajoutant de nouveaux personnages mais aussi une évolution d’un héros qui devient de plus en plus intéressant. Parfois long et un peu lent, Kung Fu Panda 3 marque la prise de risque visuelle ainsi qu’une volonté d’approfondir nos personnages mais aussi la mythologie chinoise. Milieu d’une saga de six films – pour l’instant prévue dans les calendrier de Dreamworks- . Ce troisième opus reste comme ces prédécesseurs mignon, gentillet et drôle.

Mignon et gentillet, Kung Fu Panda 3 marque une prise de risque visuelle ainsi qu’une volonté d’approfondir la mythologie du Kung Fu. 

Image de prévisualisation YouTube

 

Related Article