Home Critiques [CRITIQUE] Le voyage d’Arlo (2015)
[CRITIQUE] Le voyage d’Arlo (2015)
0

[CRITIQUE] Le voyage d’Arlo (2015)

0

Le Voyage d'ArloRéalisé par : Peter Sohn

Avec : Jean-Baptiste Charles, Éric Cantona, Olivier Bonamy


Sortie :
25 novembre 2015 (
1h37min)


Budget: /


Distributeur :
The Walt Disney Company France


3D:
Oui – Non

Synopsis :

Et si la catastrophe cataclysmique qui a bouleversé la Terre et provoqué l’extinction des dinosaures n’avait jamais eu lieu ? Et si les dinosaures ne s’étaient jamais éteints, et vivaient parmi nous de nos jours ?  
Arlo, jeune Apatosaure au grand cœur, maladroit et craintif, qui va faire la rencontre et prendre sous son aile un étonnant compagnon : un petit garçon sauvage, très dégourdi, prénommé Spot.

3.75/5

Prévu initialement pour 2014, Le Voyage d’Arlo s’est vu être déprogrammé au dernier moment et son réalisateur remercié. Ne gardant que l’idée de base – et si l’asteroïde qui a mis fin à l’ère des dinosaures ne s’était pas écrasé ? – c’est un tout nouveau film que Peter Sohn nous propose. Cerise sur le gâteau, Disney en fait le film d’animation de Noël pour la firme : une première pour Pixar.

Le voyage d'Arlo

Alors que vaut-il ? Après nous avoir ébloui dans ce qui est l’un de nos films préférés de 2015, Vice Versa, Pixar sort le grand jeu et nous propose un film centré sur la relation entre un dinosaure et un être humain. Scénaristiquement, si la touche Pixar se fait bien ressentir, on ressent hélas une impression de déjà vu – l’Âge de Glace étant déjà passé par là. Mais Le voyage d’Arlo nous fait cependant vivre une aventure très forte, ou les émotions tourbillonnent aussi follement que les péripéties de nos jeunes héros.

Jeunes héros tous les deux très attachants ; Arlo étant, tant dans l’écriture que à l’écran, un personnage pour qui on éprouve instantanément de l’empathie. On pourrait lui reprocher d’être un peu trop classique – l’enfant jeune, timide et maladroit qui apprendra de ces erreurs – mais l’effet produit est là. Spot, lui, s’inscrit dans la lignée de ces grands personnages Pixar si attachant, au côté d’un Wall-E ou d’un Nemo, à travers son impétuosité et son caractère imprévisible. Il est surtout très mignon et touchant.

Et justement. Si les personnages sont touchants, le film – lui – ne l’est presque pas ! Là où on s’attendait à une épopée triste, tragique et larmoyante, on a un film très drôle n’hésitant pas à slalomer entre moment de tristesse et de joie avec une forte maîtrise.

Enfin – nous gardions le meilleur pour la fin – Le voyage d’Arlo est une pépite visuelle ! À chaque Pixar, on crie d’émerveillement face aux progrès que fait l’informatique et donc les graphismes. Et ici, rien ne déroge à la règle. Le rendu des textures (de l’eau, de la terre ou même de la peau des héros) est sublime et presque plus réalistes que certain film live, notamment dû à de nouvelles techniques d’animation utilisées par le studio.

Le Voyage d'Arlo

En conclusion, Le voyage d’Arlo est un très beau film. Cependant, en héritant de la case « Disney de Noël » il est fort probable qu’il ai – pour plaire aux plus jeunes – perdu de sa touche Pixar si belle, magnifique et assez folle. Mais bon, on a déjà eu Vice Versa en 2015, et voyons donc celui-ci comme un film de Noël parfait pour toute la famille.

Un film de noël parfait pour toute la famille mais un Pixar déshérité.

Image de prévisualisation YouTube
Simon Robert Rédacteur Série et Cinéma sur Pulp Movies, mais aussi étudiant en cinéma à l'ESEC.