Les Enquêtes du Département V - Profanation

 

Réalisé par : Mikkel Norgaard


Avec :
Nikolaj Lie Kaas, Fares Fares, Pilou Asbæk, David Dencik et Danica Curcic


Sortie : 
8 avril 2015

Durée: 1h59min


Budget: 
5 200 000 € 


Distributeur :
Wild Bunch Distribution

3D: Oui – non

 

Synopsis :

En 1994, un double-meurtre défraye la chronique. Malgré les soupçons qui pèsent sur un groupe de pensionnaires d’un internat, la police classe l’affaire, faute de preuve…
Jusqu’à l’intervention, plus de 20 ans après, du Département V : l’inspecteur Carl Mørck, et Assad, son assistant d’origine syrienne, spécialisés dans les crimes non résolus.
Ensemble, ils rouvrent l’affaire qui les amène à enquêter sur un des notables les plus puissants du Danemark.

3.5/5

Après l’adaptation du premier roman Miséricorde, sortie en e-cinema le 27 mars, la suite apparaît sous une forme différente et a pour titre: Profanation.

Le principe reste le même, enquête inachevée, le Département V est toujours la pour faire briller la vérité. Ce deuxième film ne prend plus en compte la construction de la relation entre les deux protagonistes et s’amorce directement dans le ton du sujet, différent du premier film.

La marque danoise du thriller est bien au rendez-vous, seulement ici l’on est directement plongé dans la connaissance du problème. C’est à dire que par rapport à Miséricorde, l’on connaît bien trop tôt le « méchant » du film, ce qui gâche l’effet de surprise. Le film n’en reste pas moins surprenant et sa construction globale n’est pas si différente du premier. Ainsi, flash back sur la où les victime(s) sont toujours d’actualités et l’atmosphère est d’autant plus froide que l’ambiance générale nous fait toujours penser au grand thriller américain et aux multiples polars que savent si bien réaliser les danois.

Le film vous fera penser à la saison 2 de la série The Following (au niveau de certains personnages et de la thématique de la « secte »), avec toujours la même photographie et la même ambiance sombre et froide que le premier. Le film reste donc un bon pollar Danois, aux traits empruntés du très bon Millénium. Il est néanmoins assez long et cela se fait ressentir au bout d’un moment. Peut être moins attractif que le premier il est plus commercial et plus adapté à un visionnage en salle. 

Avec son côté plus américain, Profanation reste un polar sombre et glacial.

  Image de prévisualisation YouTube

Related Article