Home Critiques [CRITIQUE] Maps to the Stars (2014)
[CRITIQUE] Maps to the Stars (2014)

[CRITIQUE] Maps to the Stars (2014)

0

Maps to the Stars

Réalisé par : David Cronenberg

 

Avec : Julianne Moore, Olivia Williams, Mia Wasikowska, John Cusack, Robert Pattinson, Sarah Gadon et Carrie Fisher.

 

Sortie le : 21 mai 2014 (1h51min)

 

Distributeur : Le Pacte

 

Budget : 13 000 000 $

 

Synopsis :

Interdit aux moins de 12 ans 

A Hollywood, la ville des rêves, se télescopent les étoiles : Benjie, 13 ans et déjà star; son père, Sanford Weiss, auteur à succès et coach des célébrités; sa cliente, la belle Havana Segrand, qu’il aide  à se réaliser en tant que femme et actrice.
La capitale du Cinéma promet aussi le bonheur sur pellicule et papier glacé à ceux qui tentent de rejoindre les étoiles: Agatha, une jeune fille devenue, à peine débarquée, l’assistante d’Havana et le séduisant chauffeur de limousine avec lequel elle se lie, Jerome Fontana, qui aspire à la célébrité. 

4/5

Qu’on se le dise, on a tous en tête le côté pile de la cité des Anges. Le Los Angeles dorée, plein de paillettes, de strasses et de stars. Mais, Hollywood a aussi des côtés bien plus sombres. « Maps to the Stars » est le film qui va rendre justice quant à ce qu’est vraiment cette ville si envoûtante.

Cronenberg a toujours eu un regard sans concession sur le monde qui nous entoure, en allant parfois, bien plus loin que le simple coup d’œil.

Maps to the Stars

Cela dit, aidé par la prestation magistrale de Julianne Moore (à qui j’accorde le Grand Prix d’Interprétation Féminine de ce Cannes 2014) dans le rôle d’une actrice d’un âge certain sur le déclin, capable de tout, on va encore plus loin. Dans ce côté face de la cité du cinéma, la satire est beaucoup sanglante, haineuse, vicieuse que ce que l’on pouvait imaginer.

En fait, c’est une version très voire trop contemporaine de ce que fait vivre le rêve de gloire que bien des personnes ont tôt ou tard dans leur existence. L’appel des étoiles, une bride de célébrité, le tout emporté par une vague de cynisme, un ensemble vraiment saisissant.

Maps to the Stars

Le vrai « plus » de ce film, son casting. Disposant de belles têtes d’affiche comme on aime les croiser, il joue ainsi dans une plus grande crédibilité. Ce qui ne serait pas du Cronenberg, c’est également ce côté oppressant. Comme toujours, on est serré, presque oppressé. On n’échappe pas à la règle avec ce nouveau film. Enfermé dans ce petit milieu très sélectif et éphémère, on a pu croiser le soleil, on sent le malheur et une certaine misère en permanence.

L’articulation des étoiles (des personnages) restent aussi une qualité propre au film. Il est extrêmement dense. Tout passe très vite, trop vite, c’est effrayant par moments, on a face à nous le film le plus tordu de ces-dernières années. Faut-il rire ou pleurer de certaines situations ? Est-ce à ce point horrifique dans la vraie vie ? Heureusement, parfois, le côté très divertissant du phénomène tempère un peu le climat. Mais, un divertissement on-ne-peut-plus morbide. Enjoy

L’appel des étoiles, une bribe de célébrité, le tout emporté par une vague de cynisme, un ensemble vraiment saisissant.

Image de prévisualisation YouTube

Laetitia Chatillon Le cinéma sous tous ses angles.