Home Critiques [CRITIQUE] Palo Alto (2014)
[CRITIQUE] Palo Alto (2014)
0

[CRITIQUE] Palo Alto (2014)

0

Palo Alto

 

Réalisé par : Gia Coppola


Avec :
James Franco, Emma Roberts, Nat Wolff et Jack Kilmer

Sortie le : 11 Juin 2014 (1h40min)


Distributeur :
Pathé Distribution


Budget :

 

Synopsis :

Piégés dans le confort de leur banlieue chic, Teddy, April, Fred et Emily, adolescents livrés à eux-mêmes, cherchent leur place dans le monde. Ils ont soif de sensations fortes et testent leurs limites. L’alcool, les drogues et le sexe trompent leur ennui. Ils errent sans but dans les rues ombragées de Palo Alto incapables de voir clair dans le tourbillon confus de leurs émotions. Sauront-ils éviter les dangers du monde réel ?

3.5/5

L’été approche et à Palo Alto en Californie, certains jeunes se demandent encore ce qu’ils peuvent bien faire de tout ce temps de libre. A l’âge où l’on se cherche encore et sur bien des sujets, trouver sa place dans ce vaste monde relève du défi. Le monde de l’adolescence est un nid à histoires de part leurs complexités tant des personnages que des modes de vies de la jeune génération arrivant. Palo Alto leur donne alors toute leur place au cœur d’un film fort d’une caméra qui est en permanence à leurs côtés et qui va ainsi être témoin de divers événements de leur existence.

Cette caméra justement permet ainsi à Gia Coppola d’attribuer un certain relief aux personnages que présente son film. Palo Alto est un film qui brille d’abord et avant tout par un cadre esthétique fort, que le cinéma contemporain semble être trop réticent à vouloir nous proposer. Au cœur de ce film, des destins pas comme les autres, et, ainsi des existences en chute libre à l’aube de leurs vies d’adulte approchant.

Palo Alto

Le film ne s’attribue pas le loisir de tenter d’approcher ce qui fera d’eux les adultes de demain mais, toujours, sera sujet à aborder la question de leurs vies au présent, et uniquement à ce temps.

Ainsi, la classe supérieure de la banlieue chic de Los Angeles brille par la drogue, les délits en tous genres et surtout le goût très imagé pour la provocation sous toutes ses formes. On ne donne pas un sens particulier à cette tranche d’âge, on ne cherche ni à les excuser ni à les dédouaner de ce qu’ils font, commettent ou font vivre, mais, avec finesse et élégance, on passe un petit moment à les découvrir.

Cependant, le film ne jouit pas d’un scénario aussi brillant que sa réalisation, là est son véritable talon d’Achille.

Avec élégance et sobriété, jouissant d’un casting épatant et prometteur, Palo Alto est une douceur toute particulière dans un monde de brutes.

Image de prévisualisation YouTube