[AVIS] Cry Macho (2021) Clint Eastwood

Cry Macho
Réalisation : Clint Eastwood
Scénario :  Nick Schenk et N. Richard Nash
Avec : Clint Eastwood, Dwight Yoakam, Eduardo Minett, Fernanda Urrejola...
Photographie : Ben Davis
Compositeur : Mark Mancina
Distribution : Warner Bros. Pictures
Durée : 1h44min
Genre : Drame, Road Trip
Date de sortie : 10 Novembre 2021
Affiche du film Cry Macho

Mike, star déchue du rodéo, se voit confier une mission a priori impossible : se rendre au Mexique pour y trouver un adolescent turbulent et l’amener jusqu’au Texas. Il lui faudra pour cela affronter la pègre mexicaine, la police et son propre passé.

1.5

Ce n’est plus une surprise, le cinéma du grand Clint Eastwood change du tout au tout depuis quelques années, passant d’œuvres mineures à de grands films. Entre le nullissime Le 15 h 17 pour Paris et l’excellent Sully on a droits aux extrêmes du cinéaste. Entre son dernier film Le Cas Richard Jewell et Cry Macho, le cinéaste remet le couvert. Comme s’il s’était trouvé un talent à jongler entre le génie et le médiocre, mais cette fois-ci en s’incluant en tant qu’acteur.

A 91ans, le cinéaste ne cesse de sortir des films au cinéma; rien ne l’arrêtera ! On ne peut que respecter l’artiste presque centenaire qui reste une des grandes légendes vivantes du cinéma. Mais malgré tout le respect qu’on lui doit, il faut qu’on se le dise, Cry Macho est une énorme déception !

Clint nous livre avec Cry Macho un vieux projet, apparemment dans les cartons depuis prés de 50 ans. Sauf que le pépère il n’a plus 40ans et le rôle qu’il se donne ici fait de la peine à voir. Dans Cry Macho il rêve de ce qu’il n’est plus et voudrait prouver au public et sans doute à lui même qu’il est encore dans le coup. C’est donc ça le problème, Clint voudrait qu’on garde cet héritage de lui, malheureusement c’est tout le contraire que Cry Macho produit. On aperçoit cette légende du cinéma courir derrière sa jeunesse. Malgré son charisme toujours présent, le lifting qu’il porte durant tout le film ainsi que sa voix faiblarde et irritée nous rappellent qu’il n’a plus toute sa jeunesse et qu’il serait l’heure de l’accepter et d’arrêter de se ridiculiser.

Image du film Cry Macho
Clint Eastwood et Eduardo Minett

Oublions les admirables Million dollar baby, Gran Torino et tant d’autres chefs d’œuvre remplis de force, de bienveillance et d’humanité. Cry Macho ne semble être que l’égo trip d’un acteur réalisateur qui souhaite retrouver sa jeunesse. Comme s’il avait voulu rassembler une dernière fois ce qui l’émeut, les enfants, les femmes, la poussière du Mexique, les chevaux et les vieilles Fords.

Mais en réalité on a droit qu’à un road trip mollasson où Clint Eastwood peine à se tenir droit sur ses jambes, mais enchaîne les actions improbables comme séduire une belle mexicaine cinquantenaire, dompter un cheval sauvage ou encore combattre des « grand méchants » à mains nues.

Le film qui se base essentiellement sur Clint Eastwood n’a évidemment aucun autre argument. Le scénario peine à nous transporter et le casting semble tout droit sorti d’une série B. Malgré la présence au scénario de Nick Schenk, à qui l’on doit Grand Torino ou la Mule de Clint Eastwood. Si le nom du grand cinéaste n’était pas liée au projet, le film n’aurait surement jamais trouvé les salles de cinéma.

On espère que Clint Eastwood retrouvera les chemins des studios pour ne pas finir sur ce film, l’un des plus décevants de sa carrière. On oubliera rapidement ce film de sa filmographie pour garder en tête quelques uns de ses derniers chefs d’oeuvre comme Le Cas Richard Jewell, Sully ou encore American Sniper.