[AVIS] I.T., définition du néant !

0
Barry Pepper and Kaya Scodelario star in CRAWL from Paramount Pictures. Photo Credit: Courtesy Paramount Pictures.

Synopsis :
Mike Regan est un homme d’affaire puissant qui contrôle tout. Il possède tout ce dont on peut rêver : une femme et une fille superbes, une luxueuse maison ultra-connectée. Sa compagnie aérienne est sur le point de révolutionner le marché avec une nouvelle application digitale mais il doit à tout prix séduire de nouveaux investisseurs pour réussir. Tout est sur le point de s’effondrer quand  un bug informatique perturbe la présentation. 
Sans l’aide d’un jeune intérimaire surdoué, c’était l’échec. Mike lui offre un travail,  l’invite chez lui, lui présente sa famille… Puis tout bascule : la relation qui s’installe  se transforme rapidement en véritable cauchemar. Mike va perdre le contrôle de sa vie, les technologies qui l’entourent vont se retourner contre lui et sa famille. Piraté, traqué, menacé… Pourra-t-il sauver sa famille ?

1

Dans I.T.Pierce Brosnan est Mike Reagan, le dirigeant d’une compagnie de transport ultra-richissime et célèbre. Trop cool non ? Tout ce qu’on sait, c’est que la fameuse compagnie développe une application du type Uber… pour que la riche population puisse louer ses jets privés, et s’enrichir encore un peu plus. Et c’est à peu près tout. L’essentiel, c’est que Reagan est riche, puissant, et qu’absolument tout est à sa portée. Jusqu’à ce jour où, merde alors, son Powerpoint ultra-sophistiqué plante au cours d’une présentation. Surprise : Mike Reagan est un gros ignare en informatique, et c’est – évidemment – l’intérimaire qui le sauve. Un intérimaire qui – évidemment – est un gros geek psychopathe décidé à ruiner sa vie.

En plus simple : prenez tous les clichés les plus gros que vous pourrez trouver concernant l’informatique, les nouveaux moyens de communication, le hacking et les tarés, balancez le tout au mixeur, hachez violemment… et vous obtenez le scénario d’I.T. Un bon gros calvaire disponible « exclusivement en e-Cinéma », à grands renforts de publicité sur la grande chaîne nationale TF1, mettant en valeur son acteur vedette Pierce Brosnan.

Le truc, c’est que lui-même a l’impression de devenir trop vieux pour ces conneries. On le sent à côté de la plaque, le regard livide, dans un film qui compte avant tout sur son aura d’ex-James Bond mais dont le réel potentiel héroïque frise le néant absolu. Ce même si John Moore kiffe son acteur, vraiment. Le dernier plan, au ralenti, sublimant le regard bleu perçant de Brosnan envers sa screen girlfriend, avec une musique bien kitsch, relèverait presque du génie. Ce à quoi l’on s’attend forcément venant du réalisateur de Max Payne et Die Hard 4 !

Le néant, c’est ce qui caractérise tous les personnages du film, d’ailleurs. Reagan, en magnat de son domaine, ne connaît évidemment pas les noms de ses employés. Il vit dans une maison hyper-connectée dont il ne comprend pas grand chose, et calcule assez peu sa femme et sa fille. Enfin bon, quand ta fille de dix-sept ans est le stéréotype ultime de l’ado chieuse, ça se comprend : greffée à sa tablette, tout le temps en train de se plaindre que le WiFi est trop lent (non, on ne tolère pas « la WiFi » chez nous, navrés), et en pleine recherche de plaisir (il faut évidemment qu’elle veuille s’encanailler avec le fameux intérimaire).

Ed Porter, le fameux intérimaire (incarné par JamesFrecheville) est tout aussi hallucinant de médiocrité : puisqu’il est un geek/hacker/psychopathe (rayez la mention inadéquate), il vit forcément seul dans un appartement décrépi et sombre, dans lequel trônent environ six grands téléviseurs où s’affiche le résultat de ses expériences sur le dark oueb… et les photos de la jolie petite fille de Mike. Le tout sur un fond musical hyper grave/dark/electrotrash eurobeat, et la tête du mec aussi perturbante que celle de Morandini ouvrant ses mails après un casting. Gênant.

On prend peine à vouloir croire un seul instant à cette histoire ou même exprimer une quelconque empathie envers ses personnages – même à l’intervention de MikaelNyqvist (le héros de la saga Millénium) en super hacker/nettoyeur/deus ex machina (vu que Reagan n’est pas foutu de s’en sortir tout seul). Après tout, le hacking, c’est magique, alors pourquoi se compliquer la vie à faire un scénario sophistiqué ? I.T. n’est même pas plaisant à regarder tant il semble convenu et à la limite de la caricature. Autant se faire un bingewatching des deux saisons de Mr.Robot que de s’infliger ce film, à moins d’être un Brosniac pur et dur (on n’avait pas d’autres idées pour appeler les fans de Brosnan). On sait aussi à qui pourrait plaire le film : aux fans de TaylorSwift, parce que, guess what? Son frère joue dedans ! Oui oui ! Mais guess what? (numéro deux) Son rôle de troisième roue du carrosse auprès de Nancy, la fille Reagan, est aussi creux que le reste. C’est vraiment triste.

Rien à sauver dans ce thriller où même Pierce Brosnan cabotine, conscient de l’escroquerie dans laquelle il s’est lancé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.