[AVIS] Les Misérables, portrait de la jeune france en feu !

Les Misérables
Réalisé par : Marielle Heller
Avec : Damien Bonnard, Alexis Manenti, Djebril Didier Zonga, Jeanne Balibar...
Date de Sortie : 20 novembre 2019
Durée : 1h 45min

Synopsis :
Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade Anti-Criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers, Chris et Gwada, deux « Bacqueux » d’expérience. Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier. Alors qu’ils se trouvent débordés lors d’une interpellation, un drone filme leurs moindres faits et gestes…

Affiche du film Les Misérables

5

Non les Misérables n’est pas une nouvelle adaptation de l’oeuvre de Victor Hugo mais en partage le même thème. Mettre des mots ou des images sur la France de son époque, et surtout celle des plus démunis. Les Misérables n’est évidemment pas sans rappeler La Haine de Mathieu Kassovitz, un état des lieux frappant des banlieues qu’il avait mené sur le devant de la scène. 25ans après Les Misérables et son réalisateur Ladj Ly rapportent le discours des banlieues à Cannes et s’offrent à l’image de La Haine une sélection en compétition officielle. Un discours qui fait rapidement mouche puisque le film est acclamé et déclaré parmi les favoris pour la Palme d’or. Une récompense qu’il devra laisser à Bong Joon Ho et son Parasite mais Ladj Ly repartira pas les mains vides. Les Misérables recevra le Prix du jury présidé par Alejandro González Iñárritu, une belle récompense pour un film politique qui a beaucoup à dire.

Image du film Les Misérables
De gauche à droite, Damien Bonnard, Alexis Manenti et Djebril Zonga.

Déja primé Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand en 2017 avec son court métrage éponyme, Ladj Ly s’offre le format long pour son discours ancré dans le réel. Les Misérables raconte l’histoire d’une bavure policière. Celle d’une brigade Anti-Criminalité de Montfermeil, dans le 93 totalement débordée. Une histoire qui fait écho à Ladj Ly qui s’est inspiré d’une bavure policière à laquelle il a assisté en 2008 et qui a conduit à la suspension de policiers. A l’époque Ladj pratiquait le « copwatching”, cette méthode qui consiste à filmer les policiers lorsqu’ils interviennent dans les banlieues. Une pratique qui est devenue malheureusement une obligation.

Mais Ladj Ly raconte l’histoire intelligemment. Il ne prend pas partie, il préfère raconter l’histoire du point de vue de Stéphane (Damien Bonnard), un policier de Cherbourg muté dans cette brigade du 93. Il va ainsi se rendre compte que tout le monde est débordé, et prendre conscience des violences qui en résultent. Ladj Ly ne veut pas juger ses personnages, il préfère dénoncer implicitement un système dont tout le monde finit par être victime. Un discours qu’il filme à la caméra tremblante, brute, qui rappel celle du documentaire. Et ça marche !

Image du film Les Misérables
Steve Tientcheu incarne Le Maire

Les Misérables profite aussi d’un casting exceptionnellement sincère et bon. En partie puisque les acteurs se retrouvent dans cette réalité qui frappe de nombreuses banlieues. Alexis Manenti le premier, co-scénariste du film et membre du collectif Kourtrajmé créé par Kim Chapiron, Toumani Sangaré et Romain Gavras (qui fait une apparition dans le film) en 1994 dont Ladj Ly fait aussi partie. Il incarne ici Chris, un des membres violent et à bout de nerf de cette brigade. Après l’avoir vu dans Mea Culpa de Fred Cavayé ou encore dans Le Divan de Staline de Fanny Ardant il s’offre ici son premier rôle principal et s’impose déjà comme un acteur à suivre. On le retrouvera notamment dans la série The Eddy de Damien Chazelle sur Netflix rien que ça ! Alexis Manenti partage l’affiche des Misérables avec l’excellent Damien Bonnard évidemment mais aussi Djebril Zonga troisième membre de cette brigade tout aussi surprenant et sincère. Pour un deuxième rôle au cinéma il fait fort ! Al-Hassan Ly le fils de Ladj fait aussi partie de l’aventure et incarne le témoin de la bavure, le propriétaire du drone.

En plein dans l’actualité avec les gilets jaunes Les Misérables frappe fort et dénonce les violences policières au cinéma ! Un discours important qui en plus de dénoncer ce genre de pratique ouvre les yeux sur la banlieue d’aujourd’hui et même sur la France. Son ouverture sur la finale de la coupe du monde avec ces milliers de drapeaux français qui flottent au vent, annonce directement la couleur ! Ladj Ly dresse son portrait actuel des banlieues mais surtout de la France. Un film qui s’adapte d’ailleurs à de nombreux pays comme les U.S. où Spike Lee a pris le film sous son aile pour en faire circuler le message.

Tous nos avis sont à retrouver sur Vodkaster !