[AVIS] Zack Snyder’s Justice League, le deuil d’un grand fantasme !

Justice League
Réalisé par : Zack Snyder
Avec : Ben Affleck, Henry Cavill, Gal Gadot, Amy Adams, Ezra Miller, Jason Momoa, Ray Fisher, Jeremy Irons, J.K. Simmons, Connie Nielsen, Diane Lane, Amber Heard, David Thewlis, Joe Morton
Date de Sortie : 18 mars 2021 en VOD
Durée : 4h02min

Synopsis :

Bruce Wayne est déterminé à faire en sorte que le sacrifice ultime de Superman ne soit pas vain; pour cela, avec l’aide de Diana Prince, il met en place un plan pour recruter une équipe de métahumains afin de protéger le monde d’une menace apocalyptique imminente. La tâche s’avère plus difficile que Bruce ne l’imaginait, car chacune des recrues doit faire face aux démons de son passé et les surpasser pour se rassembler et former une ligue de héros sans précédent. Désormais unis, Batman, Wonder Woman, Aquaman, Cyborg et Flash réussiront-ils à sauver la planète de Steppenwolf, DeSaad, Darkseid et de leurs terribles intentions ?

Affiche du film Justice League

3.5

Nous le voulions, ça fait des semaines, des mois, voir des années qu’on l’attendait…Le Zack Snyder’s Justice League ou plus simplement appelée Snyder Cut est enfin arrivé ! Zack Snyder, réalisateur bien souvent adulé pour son style notamment en ce qui concerne ses adaptations de comics, a pu réalisé le plus gros projet du DCUE, son Justice League. Et non un hybride composé de blagues marveliennes et d’un ton plus impersonnel que jamais. On remercie Joss Whedon de nous avoir offert un des pires films DC de ces dernières années (avec l’incroyable Suicide Squad en tête), pas aidé par Warner et le contexte mais voilà, Snyder est de retour. 

Et que vaut ce retour ?

Pas de suspens à avoir, il apparaît évident que le Snyder Cut est bien meilleur que la version de Whedon. Une tache pas bien difficile. Mais avec ce projet de 4 heures, donc une version qui n’aurait sans doute pas pu voir le jour en salle et c’est bien dommage, le cinéaste nous offre une longue épopée épique super-héroique de choix. Celle qu’il voulait et celle que (potentiellement) on attendait.

Et la longueur se justifie rapidement, avec un développement bien plus conséquent pour certains personnages à commencer par Flash et Cyborg. Des personnages bien plus consistant, avec de véritables enjeux. Tout ceci là aussi notamment dû au développement bien plus concret, plus épique de la mythologie DC vu par Snyder. Le cinéaste qui prend le temps d’installer, instaurer une ambiance bien à lui, avec son propre style graphique et l’utilisation des lumières sombres. Les séquences sont donc bien plus longues, avec une esthétique propre servant le propos de chaque scène du film. Snyder nous offre des séquences spectaculaires, visuellement sublimes avec un certains nombre de ralentis. Trop de ralentis peut-être. Il aime ça, nous aussi, mais sans doute un peu moins. A l’image des effets spéciaux parfois un peu crasseux, pas toujours à hauteur ou trop présents.

Cependant, difficile de reprocher au réalisateur de Sucker Punch ou Watchmen de mettre tout son cœur et sa vision à l’ouvrage.  Le résultat esthétique étant bien plus satisfaisant et participant à la richesse narrative des personnages de Snyder. Les personnages ainsi que les enjeux du film deviennent donc bien plus consistants et intéressants. Avec en plus une BO fort sympathique réunissant aussi les thèmes des différents héros déjà vu. Chacune ayant sa place dans la mythologie de ce projet grandiose.

En somme le Snyder Cut est tout bonnement un film d’auteur au service d’un adaptation super-héroique au projet démentiel.

Car oui, le Snyder Cut est un projet démentiel qui nécessite pas moins de 2 heures d’exposition. Un temps approprié dans ce que souhaite conter Snyder bien que ce soit quelque peu longuet pour le spectateur. Néanmoins cela permet d’installer un Cyborg bien plus intéressant, un Flash bien moins agaçant ainsi que des explications fluides qui rendent certaines séquences plus justifié. L’on pense par exemple au retour de Superman, bien mieux amené ou encore un véritable sens au personnage de Steppenwolf. Enfin un antagoniste qui ne sert pas uniquement de prétexte mais qui a des ambitions justifiées. Snyder se lâche dans ce film, tant esthétiquement qu’en terme d’amour de son objet. Les références à l’univers DC se multiplient avec cohérence, témoignant de l’intérêt énorme et de l’investissement sans faille du réalisateur qui n’a d’ailleurs pas touché de salaire pour cette version.

L’on trouve néanmoins pas mal de défauts dans ce film avec des dialogues peu nombreux, et bien qu’efficaces, s’avérant trop simpliste. L’absence d’enjeux plus profond que « poutrer le méchant et sauver la Terre » rend le film moins savoureux qu’un Watchmen. Car ici, pas de politique, de grands questionnements moraux ou idéologiques, mais juste un prétexte à réunir une équipe de super-héros. Alors évidement le film marche, le film est bon, bien mieux que celui de Whedon par essence mais finalement que retenir de plus ? Une petite pointe de déception pour un projet aussi grand servi par un réalisateur aussi atypique.

Toutefois, l’on retiendra l’œuvre d’un homme qui se devait de mener ce projet démentiel au bout pour faire son deuil. Le deuil de sa fille à qui le film est dédié, et le deuil de cette Justice League que le monde aura tant fantasmé.

Car le Snyder Cut est là, le Justice League renaît après être mort prématuré. Et l’ambition d’une suite se fait sentir et pointe le bout de son nez dans cette réussite, non sans défaut, de cette histoire épique de super-héros. Un « Snyderverse » alléchant qui n’aboutira surement jamais mais vu la mobilisation des fans sait-on jamais ! Une chose est sûre comptez sur nous si suite il y a.

Pour les plus grands fans, une version noir et blanc du film devrait prochainement faire son apparition. C’est la version ultime du film comme Snyder l’a pensé.

Tous nos avis sont à retrouver sur Vodkaster !