[AVIS] Les Fant4stiques, Fantastique désastre !

Les Fant4tisques
Réalisé par : Josh Trank
Avec : Miles Teller, Kate Mara, Michael B. Jordan, Jamie Bell, Tim Blake Nelson et Toby Kebbell
Date de Sortie : 5 août 2015
Durée : 1h 41min

Synopsis :
Adaptation moderne et résolument nouvelle de la plus ancienne équipe de super-héros Marvel, le film se concentre sur quatre jeunes génies qui se retrouvent projetés dans un univers alternatif et dangereux, qui modifie leurs formes physiques mais aussi leurs vies de façon radicale. Ils devront apprendre à maîtriser leurs nouvelles capacités et à travailler ensemble pour sauver la Terre d’un ancien allié devenu leur ennemi.

1.5

Au rayon des innombrables suites et reboots de l’année 2015, après Jurassic World et Terminator Genisys, nous demandons Les Quatre Fantastiques ! Stylisé Les Fant4stiques, ce retour à zéro est orchestré par Josh Trank, réalisateur du très remarqué Chronicle. Dix ans après le volet de Tim Story (ou vingt ans après celui d’Oley Sassone, jamais sorti en salles), la Fox et Marvel décident de rajeunir leur équipe : nous aurions préféré ne jamais voir ça.

Il y avait pourtant du potentiel : pour rafraîchir l’histoire des Quatre Fantastiques, place à une nouvelle équipe, et – évidemment – à de nouvelles origines : le scénariste Simon Kinberg est allé s’inspirer du côté de la version Ultimate des comics Marvel, débutée en février 2004. Nos héros sortent à peine de l’adolescence et s’investissent dans un projet commun au Baxter Building : créer un téléporteur capable de mener vers une autre dimension, appelée la Planète Zero. Menée par Red Richards (Miles Teller), cette expérience tourne mal et affecte son meilleur ami Ben Grimm (Jamie Bell), ainsi que Susan et Johnny Storm (Kate Mara et Michael B. Jordan). Mais ce n’est pas tout… puisque Victor Domashev (Toby Kebbell) est porté disparu. Malgré toutes les critiques à l’encontre de cette nouvelle équipe (nous nous rappelons surtout de la controverse autour du rôle de Michael B. Jordan), nous en sommes plutôt satisfaits : Miles Teller ne fait que confirmer son potentiel après Whiplash et s’impose en tant que leader plutôt charismatique, et offre de jolis petits moments de complicités avec ses camarades. Mais ils sont les seuls points forts de ce casting : on haïra Tim Blake Nelson en méchant militaire ne pensant qu’à son profit – et à son chewing-gum, et on trouvera la prestation de Reg E. Cathey en Dr. Franklin Storm légèrement pompeuse… Tout ça, c’est malheureusement à cause du fameux Simon Kinberg.

Car Simon Kinberg, c’est aussi le scénariste du troisième film X-Men, soit le plus détesté de la saga, mais aussi de Jumper ou… Target. Alors autant être direct : Kinberg aurait dû être exilé le plus loin possible de cette saga, car il fait de ce reboot une immense daube soporifique. Si ce reboot avait pour but de démarrer une nouvelle série de films, il aurait peut-être fallu préciser qu’il fallait commencer les choses sérieuses dès ce premier épisode : là où le premier film de Tim Story mettait une vingtaine de minutes à démarrer, celui de Josh Trank met près d’une heure à présenter la transformation des personnages. C’est long, très long, d’autant plus que le découpage de l’histoire est très douteux : exit l’étape de la maîtrise des pouvoirs, bonjour l’ellipse temporelle sortie d’un coup de baguette magique, pour résoudre l’énigme Fatalis en une vingtaine de minutes top chrono.

Le scénario accumule toutes les mauvaises idées et clichés redondants sur la science pour les nuls : inutile de s’embarrasser avec des termes techniques comme peut le faire Red Richards, l’essentiel est de découvrir une nouvelle planète car elle pourra forcément permettre de sauver la notre et de découvrir nos origines ! On ajoute à cela la traditionnelle crainte militaire et gouvernementale qui souhaite tout contrôler, mais dont les agents se comportent aussi stupidement qu’un campeur sur Call of Duty.

Et où est passée la patte de Josh Trank ? Fut-elle malencontreusement absorbée par les géants d’Hollywood, par ses producteurs avec qui le tournage se serait plutôt mal déroulé ? Alors que Chronicle avait su poser son empreinte par son utilisation originale du found-footage, l’image de Trank n’a ici pas grand chose de bien original. On le pardonnera, puisque le scénario ne lui laisse pas véritablement l’opportunité de se lâcher, surtout à cause de son manque d’action : si vous vous attendiez à en voir devant Les Fant4stiques (rien de plus normal pour un blockbuster de l’été, avec un budget estimé à plus de 120 millions de dollars), vous allez être déçus. Amèrement. Les combats, ou plutôt l’unique combat, ne se limite qu’à dix minutes (dans la dernière vingtaine, vous suivez ?) et deux ou trois petits coups échangés histoire de, pour sauver une Terre qui, visiblement, aurait pu mériter un combat bien plus long.

Si suite il y a, espérons que les 4 Fantastiques regagnent le droit chemin…

Tous nos avis sont à retrouver sur Vodkaster !