[AVIS] Tenet, objet cinématographique non identifié !

TENET
Réalisé par : Christopher Nolan
Avec : John David Washington, Robert Pattinson, Elizabeth Debicki, Aaron Taylor-Johnson, Kenneth Branagh, Michael Caine, Martin Donovan…
Date de Sortie : 26 août 2020
Durée : 2h 30min

Synopsis :

Muni d’un seul mot – Tenet – et décidé à se battre pour sauver le monde, notre protagoniste sillonne l’univers crépusculaire de l’espionnage international. Sa mission le projettera dans une dimension qui dépasse le temps. Pourtant, il ne s’agit pas d’un voyage dans le temps, mais d’un renversement temporel…

Affiche du film Tenet

4

Film vu en 70mm à l’UGC Normandie

On y croyait presque plus, Tenet le nouveau film de Christopher Nolan (Inception, Interstellar…) arrive bel et bien en salles, après un mois de retard par rapport à sa date de sortie initiale. Un film qui fait beaucoup parler de lui puisqu’il est considéré par beaucoup comme le Messi qui relancera l’économie des salles, en vue de la baisse non négligeable de fréquentation des cinémas. Une mission de taille que Nolan fervent porte drapeau du 7e art de ne peut que défendre !

Tout fraichement cinquantenaire, Christopher Nolan retrouve les salles de cinéma pour son nouvel objet cinématographique Tenet, onzième film de sa belle filmographie qui en est aussi le plus cher avec un budget faramineux de 250 millions de dollars -soit quasiment le budget d’Interstellar et Dunkerque réunis-. Et c’est normal, le réalisateur signe ici son film le plus ambitieux, un projet qu’il prévoit depuis plus de 7ans mais aussi un film qui se veut comme les autres Nolan le plus réaliste possible. Bye Bye les fonds vert ! Tenet comprendrait moins de 300 plans avec des effets spéciaux, à titre de comparaison Avengers Endgame en comprendrait lui 2 496. Mais rassurez vous, peu d’effets spéciaux n’empêchent pas Tenet de vous faire vivre une expérience hors normes.

Image du film Tenet
John David Washington est « Le Protagoniste »

Christopher Nolan repousse toujours les limites du 7e art et offre du grand spectacle comme jamais vu. Si le réalisateur a réellement crashé un Boeing 747 pour les besoins du film –la scène n’est d’ailleurs pas si impressionnante-, il a aussi transformer la camera Imax pour arriver à ses fins. Mais ce n’est pas tout, de nombreuses scènes ont été interprétées à l’envers pour coller au résultat voulu. Des scènes de combat aux scènes de dialogues tout y passe pour un travail titanesque de la part du casting et des équipes concernées. Résultat ? Des séquences spectaculaires au réalisme frappant, et un cinéma qui ne se fout pas de la gueule du spectateur, on ne peut qu’apprécier !

Tenet s’impose rapidement comme un ovni cinématographique. Un film qu’on a pas l’habitude de voir, une expérience jamais vécue auparavant. Si Nolan le considère comme son James Bond moderne on y retrouve tantôt du thriller d’espionnage, tantôt du film de pure action au rythme implacable. L’introduction à la Dark Knight Rises donne d’ailleurs rapidement le ton du film et sa dynamique ! Thriller d’espionnage aux allures de film d’action survitaminé, Tenet enchaine les plans et les séquences pour réussir à exploiter au maximum son concept et tout caler dans ses 2h30. Comme s’il essayait de rentrer la Batmobile dans le garage d’une Smart. C’est l’un des grands problèmes de ce Tenet mais aussi l’une de ses grandes qualités ! Le film nous laisse jamais le temps de respirer, tout est mécanique et avance tel une fusée à plein régime, ce qui parfois nous fait passer à côté des émotions pour en prendre plein la vue ou pour essayer de comprendre la complexité de l’oeuvre.

Mais peut-on vraiment reprocher à Nolan d’avoir fait un film complexe ? La réponse est bien évidemment Non ! A l’heure où nombre de blockbusters se ressemblent, Tenet s’impose rapidement comme un blockbuster mémorable, une réelle expérience. Et c’est bien là le mot clé du film. Tout le talent de mise en scène du cinéaste est bien présent, au service de cette expérience unique. A l’image de Gravity ou d’Avatar, le spectateur est plongé dans une expérience cinématographique dont seuls les grands cinéastes ont la recette.

Si on devait le comparer, Tenet serait un mélange de la filmographie Nolan et d’un James Bond sous cocaïne, où Daniel Craig laisserait sa place à l’incroyable John David Washington qui ne cesse d’exceller dans son domaine. Après BlacKkKLansman de Spike Lee, on le retrouve aux côtés de Robert Pattinson pour un duo plus que réussi ! Le protagoniste comme Nolan l’a appelé dans son film ne laisse transparaître aucune émotion comme un agent des services secrets qui ne laisse aucune faille. Un rôle qui peut en décevoir plus d’un mais qui découle d’une grande maîtrise de l’acteur qui en plus de sa peur du vide a interprété de nombreuses chorégraphies inversées pour nous en mettre plein les yeux. Sans oublier Kenneth Branagh (Harry Potter, Wild Win West…) à l’accent russe redoutable qui s’en sort largement mieux que dans ses réalisations, on le retrouve accompagné par la sublime Elizabeth Debicki (Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2, Agents très spéciaux : Code UNCLE… ) qui a aussi son rôle à jouer dans la grosse production millimétrée qu’est Tenet. On retrouve également la française Clémence Poésy ou encore Michael Caine qui signe ici son septième Nolan, rien que ça ! Un casting plus que réussi tant les acteurs ont joué le jeu de ce tournage difficile.

Elizabeth Debicki (Katherine) & Kenneth Branagh (Sator)

Un tournage difficile et pas dans la demie mesure ! Six pays et un tour du monde, sur un tournage qui s’étale sur plus de cinq mois, rien n’arrête Christopher Nolan qui a voulu faire de ce film un film universel et international. Un tournage pas de tout repos, dirigé à l’image d’une main de maitre par Hoyte van Hoytema le directeur de la photographie de Nolan depuis Interstellar. On apprécie l’imax qui apporte aussi une réelle force au film, une grandeur d’image sublime, un grain et une texture pelliculaire. Un film à voir en salles évidemment et en IMAX si possible pour absorber l’oeuvre dans son format initiale. Ou en 70mm pour les plus chanceux d’entre vous !

L’image de Hoyte van Hoytema est accompagnée d’un sound design grandiose qui prend parfois le pas sur la musique composée par Ludwig Göransson. Compositeur suédois qui a notamment composé pour des films comme Creed, Black Panther ou encore Venom, il remplace Hans Zimmer, le fidèle compositeur de Nolan, trop occupé à bosser sur Dune de Denis Villeneuve. Mais là où Hans Zimmer nous offrait des thèmes mémorables aux émotions fortes, Ludwig Göransson ne vient que renforcer le sound design aux basses puissantes et au rythme déchaîné. A l’image d’ailleurs de la musique de générique signée Travis Scott -à écouter ci dessous-.

A l’heure où le cinéma fane peu à peu, Nolan retrouve les salles qu’il aime tant pour proposer un bel ovni cinématographique. Un film pas parfait, sans doute moins parfait qu’Interstellar puisque Tenet met souvent ses émotions de côté au profit d’une expérience cinématographique tout de même bien appréciable. Un oeuvre qui nous prouve une fois encore le talent du cinéaste ! Tenet pourra mitiger, perdre de nombreux spectateurs dans sa boucle temporelle mais quelques visionnages supplémentaires suffisent à éclaircir un film qui aurait sans doute gagné à étaler un peu plus ses propos pour alléger le récit.

  • 🏆 Oscar des Meilleurs effets visuels (2021)
  • 🏆 BAFTA des Meilleurs effets visuels (2021)

Tous nos avis sont à retrouver sur Vodkaster !