[AVIS] Otages à Entebbe, bonne mais lente reconstitution !

0
ENT_LD_011216_05434.NEF

Synopsis:
1976, un vol Air France de Tel Aviv pour Paris est détourné sur Entebbe, en Ouganda.
Les faits qui s’y sont déroulés ont changé le cours de l’histoire.

Otages à Entebbe vient présenter tel un spectacle vivant ce qui s’est passé cette semaine de 1976, cette semaine où le monde entier avait les yeux fixés entre l’aéroport ougandais où avait lieu la prise d’otage et Tel Aviv où le gouvernement Israélien devait prendre une décision de toute urgence. Deux points de vue que José Padilha a bien mis en avant ne prenant aucun parti, pour une belle reconstitution historique !

Le réalisateur de la série Narcos et du dernier film Robocop signe ici une belle mise en scène, jonglant entre les points de vue pour relater au mieux les faits. Dans un style visuel qui nous ferait presque pensé à sa série phare, José Padilha retrouve son chef opérateur fétiche Lula Carvalho, pour un résultat efficace ! Sur le plan historique Otages à Entebbe est une réussite, expliquant bien les enjeux politiques et la psychologie des personnages engagés. Mais malheureusement a vouloir trop en faire le film est d’une grande lenteur et possède de nombreuses longueurs.

Heureusement, l’aspect historien du film est renforcé par ses acteurs de grand standing ! A commencer par l’excellent Daniel Brühl que vous avez pu voir dans le film Rush de Ron Howard ou encore dans Captain America: Civil War qui incarne avec brio l’un des assaillants. Accompagné par la toute aussi excellente Rosamund Pike, récemment encensée dans Gone Girl de David Fincher, un duo qui fonctionne du côté de la prise d’otage. On retrouve également Denis Ménochet, français adepte des seconds rôles de film américain comme Assassin’s Creed, Robin des Bois, ou encore Inglourious Basterds mais aussi de premier rôle de grands film français comme Jusqu’à La Garde, pré-sélectionné pour représenté la France aux Oscars ! Du côté Israélien on retrouve Eddie Marsan (Sherlock Holmes, Deadpool 2, Le Dernier Pub avant la fin du monde…), un casting très alléchant qui donne vie à ce théâtre vivant, une reconstitution réussie !

Une reconstitution d’1h50 qui vient tout de même présenter beaucoup de choses sous une belle musique de Rodrigo Amarante déjà présent sur le son de Narcos mais qui signe ici sa première composition. Si Otages à Entebbe ne possède que peu d’action c’est parce qu’il se doit de présenter tous les aspects politiques et les facteurs de cette prise d’otage et ce des deux points de vue. Une prise d’otage qui va se clôturer par une conclusion théâtrale, pour suivre la ligne directrice qu’il avait mis en place.

Otages à Entebbe réussit dans la présentation des faits mais son rythme ultra lent et ses longueurs peuvent perdre le spectateur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.