[AVIS] American Nightmare 2 (2014) James DeMonaco

American Nightmare 2 : Anarchy (The purge: Anarchy)
Réalisé par : James DeMonaco
Avec : Zach Gilford, Kiele Sanchez, Frank Grillo
Date de Sortie : 23 Juillet 2014 
Durée : 1h 40min

Synopsis :

Leo, un homme sombre et énigmatique, brigadier de police, est hanté par la disparition de son fils. S’armant d’un arsenal offensif et défensif, cet homme possédé est résolu à se purger de ses démons. Eva, une mère célibataire tentant tant bien que mal de joindre les deux bouts, et sa fille adolescente Cali vivent dans un quartier défavorisé et n’ont pas les moyens de s’offrir une bonne protection. Quand une poignée de «purgeurs» masqués pénètrent chez elles et les capturent, elles n’ont d’autre choix que de s’en remettre à leur libérateur fortuit, Leo. Au détriment de sa mission de vengeance «autorisée» contre celui qui a porté préjudice à sa famille, Leo, témoin de l’enlèvement d’Eva et Cali, ouvre le feu sur leurs agresseurs alors que Shane et Liz, un couple sur le point de se séparer, sont les victimes d’un acte de sabotage sur leur voiture à quelques minutes seulement du début de la Purge. Trouvant refuge dans le véhicule blindé que Leo a laissé ouvert pour porter secours à Eva et Cali, Shane et Liz s’allient alors à eux pour tenter de se défendre contre ceux qui ont la ferme intention d’exercer leur droit à la tuerie. Alors que ces cinq nouveaux alliés sont poursuivis à travers la ville, dans un sinistre jeu de «tue-moi ou je te tue» effaçant la frontière entre vengeance sponsorisée et justice humaine, tous sont amenés à remettre en question tout ce que leurs dirigeants leur ont toujours prôné.

Affiche du film American Nightmare 2 Anarchy

2.5

Un an après le cauchemar de la première Purge, le réalisateur James DeMonaco remet le couvert avec ce second opus d’avantage axé sur le chaos et l’anarchie. A l’occasion d’une agréable master class avec Jason Blum, producteur du film, nous avons eu la chance d’en ressortir vivant.

Suite un peu prématurée d’American Nightmare sorti l’année dernière, ce deuxième volet reprend sensiblement les mêmes codes que son prédécesseur. Ainsi l’on retrouve une Amérique gouvernée par un régime dystopique ayant imposée une loi peu commune afin de faire baisser radicalement le taux de criminalité et de chômage; celle d’autoriser toute forme de crime une fois par an sur l’ensemble de son territoire. Cette mesure radicale et sanglante a été gracieusement baptisée Purge.

Pour qui n’a pas vu le premier opus, je dois dire que l’immersion dans l’univers imaginé par James DeMonaco fonctionne plutôt bien. Les règles de la Purge, cruelles et inhumaines, sont assez simples à suivre (les gens de condition modeste se barricadent chez eux avec un fusil ou un pistolet, tandis que les riches organisent de vraies battues et autres mises à mort dont les victimes ne sont autres que la première classe de personnes, que des voyous masqués leur amènent ou qui se livrent d’eux-même contre une caution versée à leurs familles…).

Image du film American Nightmare 2 : Anarchy
Frank Grillo incarne Sergeant

Au milieu de cet enfer chaotique, des personnages aux parcours et aux motivations opposées vont se croiser, se réunir et tenter de survivre à cette nuit cauchemardesque. Dans un premier temps, la sauce prend plutôt bien et la tension palpable à chaque instant. Mais très vite, le manque d’originalité du scénario se fait ressentir et le film perd en intensité. Les personnages sont assez attachants avec leur histoire (en particulier l’ex-soldat brillamment interprété par Frank Grillo) mais trop de déjà-vus et d’invraisemblances se font ressentir. On regrettera également l’absence de vrai « méchant » charismatique, contrairement au premier opus ou la prestation de Rhys Wakefield en chef de gang sadique occupait une bonne partie de l’écran.

Autre problème: l’absence de développement. Si l’un des points centraux de ce film est d’insister sur l’aspect politique des choses (critique du capitalisme, dénonciation de l’usage des armes à feu aux Etats-Unis…), le tableau est esquissé et trop caricatural. De plus, le film se termine en queue de poisson et nous laisse sur notre faim, au lieu de nous proposer une fin ouverte sur un éventuel troisième film et plus en accord avec d’autres scènes (par exemple, on a le temps de voir un mouvement révolutionnaire se dresser contre les dirigeants ayant instauré la Purge, mais la fin ne laisse pas supposer si ledit mouvement a abouti ou non).

Somme toute, ce deuxième « American Nightmare » est un survival-horror assez sympathique, qui hélas ne se contente que de faire du neuf avec du vieux : les situations et les personnages sont clichés, l’histoire n’est pas assez développée et en fin de compte, il ne se passe pas grand-chose hormis une nuit de purge comme une autre. Beaucoup de questions restent également sans réponses, ce qui rend confus sur ce que le réalisateur cherche véritablement à raconter.

Au final, on aurait presque l’impression de regarder un documentaire sur l’Amérique actuelle, tourné comme un film d’action/aventure. Déconcertant.

Tous nos avis sont à retrouver sur Vodkaster !