[AVIS] Été 85, une œuvre qui ne laissera personne indifférent !

Été 85
Réalisé par : François Ozon
Avec : Félix Lefebvre, Benjamin Voisin, Philippine Velge, Valeria Bruni Tedeschi, Isabelle Nanty, Melvil Poupaud
Date de Sortie : 14 Juillet 2020
Durée : 1h 40min

Synopsis :

L’été de ses 16 ans, Alexis, lors d’une sortie en mer sur la côte normande, est sauvé héroïquement du naufrage par David, 18 ans. Alexis vient de rencontrer l’ami de ses rêves. Mais le rêve durera-t-il plus qu’un été ? L’été 85…

Affiche du film été 85

4.5

Et si Été 85 de François Ozon,en ce moment en salle, était ce petit bonheur d’été, ce petit bonbon à l’arrière goût quelque peu amer mais qui nous rend tant heureux ? Oui, Été 85 semble être ce film que l’on prend plaisir à regarder, à admirer sous ce beau ciel bleu en se disant « Le cinéma ça peut être vraiment bien parfois ».

Ainsi, le réalisateur nous conte l’histoire d’Alexis (dit Alex), jeune garçon de 16 ans qui fera la rencontre de David, 18 ans, en mer lors du naufrage de son bateau. Cette rencontre sera source d’une amitié aussi forte que spéciale et changera à jamais, la vie d’Alex.

Partant d’un principe assez simple et déjà vu, le cinéaste propose une toute autre approche de ce genre de film proche de l’adolescence en y associant un thème récurrent tout au long de l’œuvre : la mort. Celle-ci est omniprésente et semble même être le centre d’Eté 85 et de son protagoniste Alex, timide, réservé, rêveur et passionné la mort avec un grand M. Un thème qui sera traité en profondeur grâce au second protagoniste, opposé aux traits de caractères d’ Alex.

En effet, le contraste sera très vite réalisé avec la présence de David, un jeune homme vivifiant, à la fois mystérieux tant il joue entre la gentillesse salvatrice et un coté séducteur narquois, manipulateur le rendant presque obsédant. La fusion entre les deux personnages est saisissante, notamment grâce au jeu d’acteur envoûtant de Benjamin Voisin, extraordinaire dans ce rôle parfaitement écrit pour un acteur de grand talent. Et comment ne pas parler de la performance tout aussi impressionnante de Felix Lefebvre qui porte une bonne partie du film avec brio.

Image du film été 85
Benjamin Voisin (David Gorman) & est Félix Lefebvre (Alexis Robin)

Un film finement écrit par un François Ozon inspiré, mais dont on peut dénoter quelques défauts, notamment en ce qui concerne la relation entre un début de film axé sur une certaine tension qui peut paraître à la fin assez dérisoire. D’autres éléments peuvent aussi interpeler comme certaines relations entre les personnages, sans doute pas assez exploitées ou une deuxième partie de l’œuvre moins exaltante que la première, surtout à cause d’un évènement scénaristique…Été 85 s’étire alors peut-être trop, sans en dire beaucoup plus mais ces points restent secondaires quand à la qualité réelle de l’œuvre. Une œuvre dont les qualités scénaristiques ne manquent pas, tant dans les dialogues à la fois subtilement drôle (merci Valéria Bruni Tedeschi d’être une si bonne actrice) et profondément beaux et cruels ; que dans la qualité narrative. L’œuvre multiplie ainsi les scènes marquantes et profondément belles, notamment au travers de ses personnages. Chacun d’entre eux a en effet son utilité propre ainsi qu’un arc narratif bouclé avec une maîtrise déconcertante, le réalisateur usant parfaitement de l’art du cliffhanger au travers d’objets, de décor, renvoyant chacun à un personnage ou une situation particulière.

En effet, le cinéaste multiplie les ingéniosités de mise en scène au travers d’un narrateur (Alex) présentant chaque personnage fondamentalement important et brisant une fois le quatrième mur. Le rythme n’en est que plus soutenu, agréable et surprenant. Mis en lumière par des plans d’une beauté sans pareil et une esthétique très axé sur ces années 80 qui font aujourd’hui tant rêver, Ozon nous livre ici un film foisonnant de merveilles. Rien est laisser au hasard, que ce soit les costumes typiquement années 80, en passant par la coupe de cheveux…Tout dans Été 85 transpire le cinéma de qualité, à la fois rêveur, sublime et grandiose. Grandiose de part le lieu où se déroule le récit, avec de sublimes gros plans sur les visages presque aussi aussi poétiques que les falaises normandes en second plan, rendant au film un charme d’été sans pareil. Et que dire du travail sonore, avec des musiques populaires de ces années, nous transportant avec brio dans une époque révolue.

Félix Lefebvre (Alexis Robin) & Isabelle Nanty (Mme Robin)

Cependant, la grandeur du film réside surtout dans sa profondeur et le traitement de ses thématiques. On y retrouve ainsi une histoire d’amour des plus poétiques et singulières tant la barrière entre amour et amitié forte reste sensible. Une histoire magnifiée par l’idée même de l’amour et de l’idée que l’on peut s’en faire. Un traitement des plus agréables du couple homosexuel, loin des sentiers battus de films (très bon malgré tout) comme Call me by Your Name de Luca Guadagnino ou encore Moonlight de Barry Jenkins, prenant le parti de fondre le thème dans ce décor sublime. L’on en parle ici avec simplicité, lucidité et subtilité non forcée, démontrant que l’idée de l’amour va bien au-delà de la sexualité.

François Ozon démontre une nouvelle fois qu’il est alors l’un des réalisateurs français les plus talentueux en faisant un des plus beau films de l’été. Oui, Été 85 est une œuvre à voir en salle absolument. Une œuvre qui ne laissera personne indifférent tant le film est touchant et s’adresse à un (très) large public.

Tous nos avis sont à retrouver sur Vodkaster !