[AVIS] Once Upon a time in Hollywood, l’égo Trip !

Image du film Once upon a time in Hollywood

Once Upon a Time in Hollywood
Réalisé par : Quentin Tarantino
Avec : Leonardo DiCaprio, Brad Pitt, Margot Robbie, Al Pacino, Emile Hirsch, Luke Perry, Timothy Olyphant…
Date de Sortie : 14 août 2019
Durée : 2h 41min

Synopsis :
En 1969, la star de télévision Rick Dalton et le cascadeur Cliff Booth, sa doublure de longue date, poursuivent leurs carrières au sein d’une industrie qu’ils ne reconnaissent plus. 

Affiche du film Once Upon a TIme in Hollywood

4.5

Chaque nouveau film de Quentin Tarantino est un événement. S’il est considéré comme l’un des rois de la cinéphilie actuel, il n’en reste pas moins un réalisateur passionné aux multiples films à succès critique. Il revient ici avec ce Once Upon A Time in Hollywood, son neuvième film qui est à mon sens son plus abouti et son plus personnel. Présenté en compétition au Festival de Cannes 2019 dans une version encore non définitive, Once Upon a Time n’est évidemment pas passé inaperçu et a suscité un engouement exceptionnel ! Brad Pitt et Leonardo Dicaprio, deux acteurs que j’admire allaient se retrouver sous la direction de Quentin Tarantino dans un même film. Autant dire que l’engouement était mérité et que tous les festivaliers se sont battus pour pouvoir découvrir le film dans cette version Cannoise, 3 mois avant le monde entier. Après quelques tentatives ratées j’ai donc réussi à avoir mon siège, ce siège tant convoités par des milliers de cinéphiles. Et malgré cette hype qui entourait l’événement, mon sentiment final était mitigé. Une déception qu’on a envie de revoir, un sentiment particulier qui m’a pas fait hésiter pour le revoir en avant première à Paris dans sa version finale avec ces quelques modifications de montage, ce qui m’a permis de le voir plus en profondeur et d’en comprendre certaines clés.

Dans sa première version Once Upon A Time in Hollywood m’avait impressionné. Sa maîtrise de la mise en scène, son casting incroyable, son choix musical totalement en adéquation, sa déco, toute la forme est façonnée d’une grande maîtrise. Mais sur le fond c’est différent. Beaucoup sont ceux qui ne vont pas forcément prendre de grand plaisir à regarder le film n’attrapant pas forcément toutes les références qui y figurent. Le film raconte l’histoire d’un acteur (Leonardo Dicaprio) et de son cascadeur (Brad Pitt) sans trop creuser une quelconque aventure si on en croit le premier visionnage.

Rick Dalton (Leonardo Dicaprio) et Cliff Booth (Brad Pitt) rencontrent Marvin Schwarz (Al Pacino)

En réalité Once Upon A Time in Hollywood va beaucoup plus loin. Il est un réel hommage au cinéma des années 70 avec de nombreuses figures d’Hollywood réelles qui se mêlent à l’histoire fictive de nos deux personnages principaux Rick Dalton (Leonardo Dicaprio) et Cliff Booth (Brad Pitt). Ainsi vous retrouverez Sharon Tate (Margot Robbie), le coiffeur de stars Jay Sebring (Emile Hirsch), le mythique Steve Mcqueen (Damian Lewis), Bruce Lee (Mike Moh), James Stacy (Timothy Olyphant), Wayne Maunder (Luke Perry), Roman Polanski (Rafał Zawierucha), Joanna Pettet (Rumer Glenn Willis), Connie Stevens (Dreama Walker), Michelle Phillips (Rebecca Rittenhouse), Sam Wanamaker (Nicholas Hammond), George Spahn (Bruce Dern), mais aussi Burt Reynolds et Dean Martin dans des scènes coupées.

On retrouve également certains personnages fictifs qui font références à de vrais personnalités comme la très jeune Trudi Fraser, actrice que Rick Dalton (Leonardo Dicaprio) rencontre sur son tournage qui fait évidemment penser à Jodie Foster ou encore Al Pacino qui incarne le producteur Marvin Schwarz qui est le producteur de plusieurs films des années 1970 comme Les Cent Fusils avec Burt Reynolds, Tribes ou encore Les Yeux Bandés avec Claudia Cardinale.

Ainsi Quentin Tarantino grand cinéphile qu’il est, y place ses références comme un film introspectif sur le monde dans lequel il aurait aimé faire du cinéma. Passionné des années 70 et donc forcément du cinéma des ces années là, le réalisateur retranscrit avec minutie son hommage au Hollywood 70’s. Et comme à son habitude le réalisateur américain n’y laisse rien au hasard. En plus d’une forme parfaitement minutieuse, ses personnages sont façonnés à sa sauce et tous les dialogues nous prouvent une fois encore que celui qui a réalisé Pulp Fiction est encore l’un des plus grand de son domaine.

Mais si le film transpire l’hommage au cinéma des années 70 il n’est pas forcément accessibles à tous. Ceux qui ont pour habitude de se laisser transporter par un fil directeur ne vont pas forcément apprécier ce Once Upon a time in Hollywood. A force d’essayer de nous plonger dans cet univers rêvé des années 70, Tarantino n’a pas forcément développé de réelle direction narrative mais plutôt une expérience cinématographique. Une visite guidée de l’âge d’or d’Hollywood par deux des plus grands acteurs de l’industrie, Leonardo Dicaprio (The Revenant) & Brad Pitt. Deux acteurs qui comme à leur habitude transcendent l’écran, avec une mention évidente pour Brad Pitt qui vole quasiment la vedette à l’acteur de Titanic.

Dans cette visite guidée, on attend évidemment la pièce maîtresse, le destin de Sharon Tate, celle qu’on pensait voir plus à l’écran. D’ailleurs depuis la version Cannoise Tarantino a rajouté quelques scènes pour Margot Robbie, puisque son personnage nous a tous semblé bien sous exploitée. Comme Inglorious Basterds, Quentin Tarantino s’est permis de changer l’histoire et de la réécrire à sa façon. Sharon Tate n’échappe évidemment pas à la règle. Nous vous invitons d’ailleurs à découvrir sa réelle histoire avant de découvrir le film puisque son histoire permet de créer une certaine tension qui monte crescendo.

Sous ses musiques d’époque, Tarantino nous livre une introspection synonyme d’expérience cinématographique pour notre plus grand plaisir. Différent de ce qu’on a pu voir jusque là, le réalisateur signe comme un dernier film avec ce Once Upon A Time in Hollywood. Minutieux et à la forme sans faute, le film mérite une place dans le top de la filmographie du grand cinéphile Tarantino. 2H40 qui n’en paraissent q’1H30 tellement cette expérience est captivante !

On ne pouvait rêver meilleur hommage pour l’acteur Luke Perry décédé avant la sortie du film.

Tous nos avis sont à retrouver sur Vodkaster !