[AVIS] Swallow, Hayley Bennett dans son meilleur rôle !

0

Synopsis :
Hunter semble mener une vie parfaite aux côtés de Richie, son mari qui vient de reprendre la direction de l’entreprise familiale. Mais dès lors qu’elle tombe enceinte, elle développe un trouble compulsif du comportement alimentaire, le Pica, caractérisé par l’ingestion d’objets dangereux. Son époux et sa belle-famille décident alors de contrôler ses moindres faits et gestes pour éviter le pire : qu’elle ne porte atteinte à la lignée des Conrad… Mais cette étrange et incontrôlable obsession ne cacherait-elle pas un secret plus terrible encore ?

3.5

Après son court métrage « Sur le fil du Rasoir«  salué à Sundance, Carlo Mirabella-Davis revient dans le thème des objets tranchants avec ce Swallow, présenté en avant première à l’Etrange Festival ! Avec Swallow le réalisateur américain évoque avec justesse la maladie du Pica. Mais qu’est-ce donc ? Le Pica est une maladie réelle, un trouble du comportement alimentaire peu connu qui fait ressentir au malade une envie d’avaler toutes sortes d’objets comme par exemple de la terre, des billes en verre, un tournevis.. Une maladie qu’il connait bien puisque le film est inspiré de la vie de sa grand mère, elle aussi touchée par le Pica. Un film qui prend ainsi un aspect personnel et une grande justesse.

Dans Swallow, Haley Bennett aperçue dans Hardcore Henry ou encore Les Sept Mercenaires d’Antoine Fuqua incarne ici Hunter, cette femme qui se veut être satisfaire tous les besoins de son mari quitte à s’effacer complètement. Elle en devient quasiment aliénée, une sorte de robot qui n’est là que pour satisfaire son mari incarné par Austin Stowell. Mais tout va basculer quand Hunter va tomber enceinte ! Tout cela est magnifiquement retranscrit à la caméra par le talent de Katelin Arizmendi la directrice de la photographie. On retrouve l’esthétique du clip dans l’image très travaillée de Swallow, puisque Katelin Arizmendi a travaillé notamment sur le clip de Machine Gun Kelly & Camila Cabello: Bad Things ou encore sur le clip 30 Seconds to Mars: City of Angels ainsi que sur le film It Comes at Night de Trey Edward Shults.

Hunter va développer un PICA, une obsession pour l’ingestion d’objets dangereux. Une envie de risque dans sa vie trop parfaite. D’abord une bille puis des vis, tout cela va rapidement prendre une tournure dramatique pour Hunter et son enfant. Evidemment c’est sans compter sur son mari Richie et sa famille qui ne souhaite pas voir la lignée familiale réduit à néant.

L’esthétique du film épurée va accompagner de la plus belle des manières le jeu sublime d’Haley Bennett. Sa meilleure prestation cinématographique et sans aucun doute la révélation de ce long métrage ! Elle retranscrit avec brio toute la psychologie de son personnage ! Un personnage simple aux premiers abords qui s’avère en réalité complexe et en souffrance permanente. Un personnage par lequel transpire un certain féminisme sur l’émancipation de la femme dans le couple. Son rôle sa liberté, tout est questionné en arrière plan de cette maladie qui touche la jeune femme. Evidemment cette question de liberté est aussi abordé par le biais de cet enfant, un enfant qu’elle ne voulait pas vraiment.

Carlo Mirabella-Davis nous met en image ce trouble comportemental accompagné d’un léger féminisme suffisamment prenant et beau pour nous captiver. Mais le film traîne rapidement en longueur, perdant le rythme tout du long. La photographie est très épurée et très belle dans des lieux qui le sont tout autant, Haley Bennett y est fantastique tout comme le casting qui l’entoure mais dont elle pique la vedette. Swallow est un beau film franco-américain qu’on aurait peut être préféré voir en court métrage. Il reste cependant une belle surprise qui mérite d’être vu mais pas le film aussi prenant et fort qu’il aurait pu être.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.