[AVIS] Under the Silver Lake, plongeons dans un rêve éveillé.

Under The Silver Lake
Réalisé par : David Robert Mitchell
Avec : Andrew Garfield, Riley Keough, Topher Grace
Date de Sortie : 8 Août 2018
Durée : 2h 19min

Synopsis :
À Los Angeles, Sam, 33 ans, sans emploi, rêve de célébrité. Lorsque Sarah, une jeune et énigmatique voisine, se volatilise brusquement, Sam se lance à sa recherche et entreprend alors une enquête obsessionnelle surréaliste à travers la ville. Elle le fera plonger jusque dans les profondeurs les plus ténébreuses de la Cité des Anges, où il devra élucider disparitions et meurtres mystérieux sur fond de scandales et de conspirations.

Affiche du film Under the silver lake

4

C’est un film complexe et intelligent que nous propose David Robert Mitchell ; qui peut sembler un peu ésotérique au premier abord, mais il n’en est rien. Car Under the Silver Lake fait simplement parti de cette catégorie de film où chacun y trouvera un message unique et personnel dans un déluge de connaissance et de références qui nous sont communes à tous.

Under the Silver Lake parle d’un génération qui baigne dans la pop culture depuis sa naissance, qui doit apprendre à vivre et continuer à créer en acceptant le fardeau de tout ce qui a déjà été fait avant elle. En effet, tous autant que nous sommes, nous avons grandi avec une quantité infinie d’informations : livres, films, jeux-vidéos, musiques. Sam (Andrew Garfield), comme beaucoup de gens, ne semble pas trouver de sens à sa vie, tout semble temporaire et passagé dans la multitude de choix qui s’offre à lui. Même dans ses relations, le jeune homme ne s’implique que très peu ; Il écourte les conversations téléphoniques avec sa mère au maximum, se contente d’une relation passagère et exclusivement sexuelle avec une jeune actrice (Riki Lindhome) et partage la compagnie d’un “ami” autour d’une bière ou d’un jeu vidéo de temps à autre.

Lorsque Sarah (Riley Keough), une jeune blonde sulfureuse et mystérieuse qu’il vient de rencontrer autour de la piscine de sa résidence disparaît, Sam semble trouver un sens à sa vie, ou du moins une direction à suivre. Car comme beaucoup de gens de la nouvelle génération il cherche le mystère là où il n’y en a pas forcément. Sam veut croire aveuglement en un monde rempli de mystères, de codes et d’indices cachés, à l’image des théories du complot, des illuminatis, théories sur la terre plate et j’en passe, qui ont par exemple pullulées sur internet ses dernières années. D’ailleurs, observez attentivement l’affiche, regardez dans les palmiers tout en bas. Voilà, vous le voyez ce visage ? Sûrement celui de Sam à priori, encore un indice. Les humains semblent avoir besoin, plus que jamais, de mystère pour échapper à la réalité et donner un sens, une quête à leur existence. Sam ne cherche pas Sarah par amour, mais par besoin du mystère.

Image du film Under the silver lake
Grace Van Patten (La fille au ballon) & Andrew Garfield (Sam)

Under the Silver Lake est certes très “encombré” d’hommages et de références, mais ces éléments y tiennent un rôle indispensable.

L’univers du film se veut volontairement fantasmagorique, cependant le réalisateur distribue soigneusement les repères, afin de ne pas perdre le spectateur. Le tout, dans le but de rendre l’enchaînement des scènes clair en apparence, mais sujet à plusieurs interprétations lorsque l’on arrive au bout du chemin : « J’aime inventer des univers qui sont un peu en décalage avec la réalité ». (David Robert Mitchell)

La musique signé Disasterpeace, les fondus enchaînés et l’exploration des rues d’un Los Angeles impitoyable, donnent au film un ton “classy” et « jazzy » qui remet en avant la mythologie de la ville et les vingt années de films noirs qui l’on bâtit. Dans ces eaux sombres, nous voguons à mi-chemin entre l’univers coloré de Greg Araki et la narration décousue et rêveuse de David Lynch. Lorsque nous commençons à perdre pied, le film nous fournit plus d’indices. De sorte à nous faire avancer dans un brouillard épais mais pas non plus opaque. Qu’il est bon de ne pas avoir toutes les réponses.

Vous l’aurez compris, ce qui est important dans Under the Silver Lake, ce n’est pas la destination, c’est le voyage.

Tous nos avis sont à retrouver sur Vodkaster !